Le blog de Sylvie Andrieux

Députée des Bouches-du-Rhône


Poster un commentaire

Le message du Panthéon

pantheon

Aujourd’hui, alors que certaines valeurs de notre République semblent se diluer dans l’évolution toujours plus rapide de la société, le sacrifice et l’altruisme de certaines personnes d’exception sont là pour rappeler que la France s’est construite sur une continuité de principes fondateurs.

Le Panthéon est le symbole de cette France éternelle, et l’hommage qu’a voulu rendre le président de la République aux résistants doit nous rappeler la fragilité de la paix et de la concorde, et combien nos principes républicains sont fragiles face aux idées populistes et rétrogrades, face à la violence et à la haine… Le Panthéon retrace cette histoire de la lutte de notre nation dans sa quête de progrès intellectuel, politique ou social ; une lutte difficile, une lutte contre elle-même parfois, où rien n’est acquis. Que sont nos difficultés actuelles comparées à celles de cette France occupée, à genoux, succombant aux pires idées, aux pires principes ?

Je veux insister sur l’entrée de deux femmes d’exception dans ce lieu de mémoire où elle sont si peu nombreuses. Oui, des femmes on risqué leur vie pour défendre un monde où elles étaient encore négligées, sans droit de vote, des citoyennes de deuxième classe ; et pourtant, c’est aux nom des principes qui font la France qu’elles ont risqué le pire en s’engageant dans la Résistance. Toutes deux ont été déportées.
Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Germaine Tillion sont des rescapées du camp de Ravensbrück.
Par leur courage, leur engagement et patriotisme, elles ont participé à ce mouvement pour l’émancipation des femmes que le Conseil National de la Résistance n’a pu que reconnaître, en accordant le droit de vote et d’éligibilité aux citoyennes, à égalité avec les hommes.

Comment ne pas évoquer Jean Zay, sont engagement dans le Front Populaire dont il fut le plus jeune ministre, célèbre pour ses profondes réformes de l’éducation nationale. Il fut un des parlementaires à refuser le simulacre d’état de Vichy et à gagner l’Afrique du Nord pour résister à l’ignominie. Arrêté à Casablanca puis remmené en France, il sera assassiné par la milice, puis jeté dans un fossé. Grande figure de l’Union des gauches et du Front Populaire, d’origine juive, Franc Maçon, la propagande l’a désigné comme un parfait bouc émissaire pour cristalliser sur son nom toute la haine antisémite des nouveaux maîtres de Vichy.
Pierre Brossolette fut lui aussi un antifasciste de la première heure et une figure du socialisme d’avant guerre. Entré dans la Résistance dès la débâcle de 1940, il en devient un des principaux dirigeants. Lui aussi succombera à la torture de la Gestapo.

Voici quatre destins exceptionnels dont l’engagement et les idées ont fait la France dans laquelle nous vivons. Sans eux, nous ne serions certainement pas ce que nous sommes, ni notre pays ce qu’il est. La liberté, l’égalité, la fraternité sont des concepts pour lesquels certains donnent leur vie pour que nous en jouissions.
C’est aussi ce message que nous délivrent ceux reposent pour l ‘éternité au Panthéon.


Poster un commentaire

Le génocide arménien a un siècle

En 1915, les Arméniens de l’Empire ottoman furent victimes du premier génocide du XXe siècle.

Le 24 avril 1915, 650 notables arméniens de Constantinople furent arrêtés par les autorités puis déportés et assassinés, et cette rafle marque le début d’une campagne d’extermination de masse, planifiée et exécutés jusqu’en 1916. Les deux tiers des Arméniens disparaîtront.

La France, qui a reconnu ce génocide dès 2001, a été une des premières terres d’asile pour ce peuple déraciné, et les Arméniens de Marseille participent aujourd’hui pleinement au rayonnement de la cité Phocéenne.
Mon ami Garo Hovsepian, ancien maire de secteur, représente brillamment cette communauté de chrétiens d’Orient, sa réussite et son intégration dans notre République. Je le salue chaleureusement, ainsi que toute la communauté arménienne de Marseille.

C’est aussi à Marseille qu’est installée l’Association pour la recherche et l’archivage de la mémoire arménienne (ARAM), qui recueille depuis 1997 tous les documents relatifs à l’histoire du peuple arménien et au génocide. Ce travail de mémoire est essentiel, alors que la tragédie arménienne n’est pas encore pleinement reconnue par la Turquie, malgré les documents incontestables et les photographies accablantes rassemblés par l’association.

Alors que notre pays commémore le génocide des Arméniens, comment ne pas s’inquiéter puisqu’aujourd’hui comme il y a un siècle, d’autres chrétiens sont persécutés, sur les lieux même de la déportation arménienne, de Deir ez-Zor (est de la Syrie) à Mossoul (nord de l’Irak).


Poster un commentaire

Les drames liés aux migrations doivent cesser

Le phénomène n’est pas nouveau, et les premiers « boat-people », ces migrants désespérés qui fuyaient la guerre du Vietnam, ont déjà émus l’opinion il y a une quarantaine d’années, pourtant bien loin de l’Europe.
Le drame des migrants se joue à nos portes maintenant, et aux 800 migrants disparus en mer suite à un naufrage dimanche, selon le dernier bilan du Haut Commissariat des Nations unies aux réfugiés, il faut s’attendre à rajouter les victimes d’un bateau en difficulté transportant 300 passagers quelque part en Méditerranée au large de la Libye, ainsi qu’une autre embarcation, transportant 100 à 150 personnes, qui a aussi appelé au secours.

Plus de 1750 migrants ont péri en Méditerranée depuis le début de l’année, soit plus de 30 fois plus que durant la même période de 2014.

Un bilan terrible qui me bouleverse. Des femmes, des enfants, des innocents victimes de ceux qui s’enrichissent sur leur détresse.
Le Pape François avait pourtant alerté du danger lors de sa visite à Lampedusa le 8 juillet 2013, mais les prières sont sans effet face à la réalité implacable. Je ne peux m’empêcher de penser que notre responsabilité, en tant que nation européenne, est pleinement engagée dans ces drames : ne sommes-nous pas intervenus militairement au Sahel et en Libye, participant ainsi à déstabiliser des populations dont l’exil payé au prix fort est la seule solution face à la guerre et à la ruine ?

« Nous n’avons plus d’alibi », a déclaré la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, hier, alors que la Commission européenne s’est saisie de la question en urgence et va se réunir en sommet extraordinaire, dès jeudi.

Je soutiendrai toutes les mesures permettant de faire cesser ces drames insupportables.


Poster un commentaire

Terrible accident dans les Alpes-de-Haute-Provence

Notre région est confrontée à un drame bouleversant : l’A320 de la compagnie Germanwings, qui s’est écrasé dans les Alpes-de-Haute Provence, a causé la mort de 144 passagers et 6 membres d’équipage. Parmi eux figuraient notamment 16 élèves et 2 enseignantes du lycée Joseph-König de la ville d’Haltern, une commune de Rhénanie-du-Nord.
je m’associe à la douleur des familles des victimes et j’espère que les circonstances exactes de cet accident seront rapidement élucidées.


Poster un commentaire

La haine, l’obscurantisme et la stupidité

Une nouvelle fois, la haine et l’obscurantisme ont frappé au Danemark, un mois après la France, avec les mêmes cibles : la liberté d’expression et la communauté juive. Chaque Français a ressenti de nouveau samedi cette émotion que nous partagions tous le 11 janvier.

La profanation d’un cimetière juif en Alsace, qui a provoqué une indignation générale, que je partage, semblerait n’être qu’un « jeu d’enfants » macabre, de la part d’adolescents stupides, et serait dénuée de motivation idéologique. C’est ce que je préfère croire.

En effet, la violence qui déchire notre République ne doit pas nous submerger. Tout doit être fait pour éviter de dresser les communautés les une contre les autres. Il ne doit y avoir dans notre pays qu’une seule communauté, celle de ses citoyens, tous également respectables.

L’exemple ukrainien nous montre qu’une république peut se fracturer en quelques mois. Je veux saluer l’action de François Hollande qui s’est impliqué dans les négociations de Minsk pour faire taire les canons. La trêve en Ukraine est extrêmement fragile et la paix encore bien loin. Mais c’est l’honneur de notre pays de tout faire pour épargner la vie des civils innocents.

Je veux aussi saluer l’engagement du Premier ministre, et ses prises de position contre les mouvements religieux fondamentalistes. Comment peut-on accepter de laisser se développer un discours extrémiste qui cherche à corrompre notre jeunesse ? Que Manuel Valls soit assuré de tout mon soutien, alors que la calomnie est véhiculée à son encontre par un ancien président du Conseil Constitutionnel qui a démontré sa stupidité.

La haine et l’obscurantisme ont aussi frappé en Libye, où 21 coptes ont été assassinés par l’état islamique, parce qu’ils étaient chrétiens. Une telle barbarie justifie la vente d’avions Rafale à l’Egypte, quoi qu’en disent certains journalistes critiques devant le régime autoritaire du président Al-Sissi.


Poster un commentaire

N’oublions jamais

Il y a 70 ans, les soldats soviétiques libéraient le camp d’Auschwitz-Birkenau, et l’horreur du nazisme est apparu à la face d’un monde meurtri.
Aujourd’hui, l’antisémitisme continue dans notre pays à distiller son venin, parfois masqué derrière l’anti-sionisme, faux-nez pratique pour les nostalgiques du troisième Reich ; ils sont plus nombreux qu’on ne croit.
Il y a quelques jours, un déséquilibré aveuglé par son fanatisme a froidement abattu des Français de confession juive, aux portes de Paris…

L’antisémitisme devient presque banal, il a ses vedettes revendiquées, son public nombreux et son expression semble même se banaliser. Les vieilles recette inventées dans « Le Protocole des sages de Sion » par la police secrète du Tsar au début du XXe siècle fonctionnent toujours : mensonge, désinformation, rumeurs infondées sont toujours utilisés pour corrompre les esprits simples.
Demain, les derniers survivants des camps d’extermination nazis ne seront plus, et le souvenir de l’holocauste risque de s’éteindre, peu à peu. Déjà, beaucoup de citoyens Français choisissent l’exode vers la Terre Sainte, poussés par le climat antisémite ambiant.

Le plan global de lutte contre le racisme et l ‘antisémitisme, annoncé par le président de la République, est une nécessité pour maintenir la cohésion nationale, où chaque Français, quelle que soit son origine ou sa croyance, est l’égal de ses compatriotes et bénéficie de la protection de la République.

Il n’y a en France qu’une seule communauté : celle de la République laïque.


Poster un commentaire

Une journée sous le signe du deuil

Je veux exprimer ce soir l’émotion qui était palpable tout à l’heure à l’Assemblée Nationale, pour l’hommage de la nation à ses victimes. Je veux aussi féliciter Manuel Valls pour son discours, juste et honnête, qui a recueilli l’adhésion de l’ensemble de la représentation nationale. Je partage pleinement sa lutte contre l’antisémitisme, qu’il mène depuis longtemps et avec raison. J’ai une pensée particulière pour nos concitoyens juifs victimes des assassins fanatiques, uniquement parce qu’ils étaient juifs, et dont les obsèques ont eu lieu aujourd’hui. Yoav Hattab, Yohan Cohen, Philippe Braham, et Francois-Michel Saada, nous ne vous oublierons pas.

Je pleure avec les familles des trois représentants de l’ordre tombés pour notre sécurité, et je salue leur sens du devoir et leur sacrifice. Leur mémoire a été honorée ce matin par la République à la préfecture de police de Paris. Merci à Clarissa Jean-Philippe, Ahmed Merabet, Franck Brinsolaro.

Mais j’ai aussi une pensée pour le jeune Mikaël, tué dans une rixe lundi. La communauté arménienne de Marseille, à laquelle appartenait la victime, a lancé un appel à la mobilisation après l’assassinat de Mikaël prévue ce mardi soir à l’église apostolique arménienne du Prado, à Marseille. Je ne pourrai pas les rejoindre, mes pensées les accompagnent néanmoins.

Nous sommes tous unis dans la douleur, celle-ci est la même dans toutes les religions, dans toutes les communautés, chez tous les humains. J’appelle chacun a se recueillir, selon ses convictions et ses habitudes, à dépasser l’émotion qui nous étreint tous et à suivre la voie de la modération, celle des pensées, des paroles, et des actes.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.