Le blog de Sylvie Andrieux

Députée des Bouches-du-Rhône


Poster un commentaire

La haine, l’obscurantisme et la stupidité

Une nouvelle fois, la haine et l’obscurantisme ont frappé au Danemark, un mois après la France, avec les mêmes cibles : la liberté d’expression et la communauté juive. Chaque Français a ressenti de nouveau samedi cette émotion que nous partagions tous le 11 janvier.

La profanation d’un cimetière juif en Alsace, qui a provoqué une indignation générale, que je partage, semblerait n’être qu’un « jeu d’enfants » macabre, de la part d’adolescents stupides, et serait dénuée de motivation idéologique. C’est ce que je préfère croire.

En effet, la violence qui déchire notre République ne doit pas nous submerger. Tout doit être fait pour éviter de dresser les communautés les une contre les autres. Il ne doit y avoir dans notre pays qu’une seule communauté, celle de ses citoyens, tous également respectables.

L’exemple ukrainien nous montre qu’une république peut se fracturer en quelques mois. Je veux saluer l’action de François Hollande qui s’est impliqué dans les négociations de Minsk pour faire taire les canons. La trêve en Ukraine est extrêmement fragile et la paix encore bien loin. Mais c’est l’honneur de notre pays de tout faire pour épargner la vie des civils innocents.

Je veux aussi saluer l’engagement du Premier ministre, et ses prises de position contre les mouvements religieux fondamentalistes. Comment peut-on accepter de laisser se développer un discours extrémiste qui cherche à corrompre notre jeunesse ? Que Manuel Valls soit assuré de tout mon soutien, alors que la calomnie est véhiculée à son encontre par un ancien président du Conseil Constitutionnel qui a démontré sa stupidité.

La haine et l’obscurantisme ont aussi frappé en Libye, où 21 coptes ont été assassinés par l’état islamique, parce qu’ils étaient chrétiens. Une telle barbarie justifie la vente d’avions Rafale à l’Egypte, quoi qu’en disent certains journalistes critiques devant le régime autoritaire du président Al-Sissi.


Poster un commentaire

N’oublions jamais

Il y a 70 ans, les soldats soviétiques libéraient le camp d’Auschwitz-Birkenau, et l’horreur du nazisme est apparu à la face d’un monde meurtri.
Aujourd’hui, l’antisémitisme continue dans notre pays à distiller son venin, parfois masqué derrière l’anti-sionisme, faux-nez pratique pour les nostalgiques du troisième Reich ; ils sont plus nombreux qu’on ne croit.
Il y a quelques jours, un déséquilibré aveuglé par son fanatisme a froidement abattu des Français de confession juive, aux portes de Paris…

L’antisémitisme devient presque banal, il a ses vedettes revendiquées, son public nombreux et son expression semble même se banaliser. Les vieilles recette inventées dans « Le Protocole des sages de Sion » par la police secrète du Tsar au début du XXe siècle fonctionnent toujours : mensonge, désinformation, rumeurs infondées sont toujours utilisés pour corrompre les esprits simples.
Demain, les derniers survivants des camps d’extermination nazis ne seront plus, et le souvenir de l’holocauste risque de s’éteindre, peu à peu. Déjà, beaucoup de citoyens Français choisissent l’exode vers la Terre Sainte, poussés par le climat antisémite ambiant.

Le plan global de lutte contre le racisme et l ‘antisémitisme, annoncé par le président de la République, est une nécessité pour maintenir la cohésion nationale, où chaque Français, quelle que soit son origine ou sa croyance, est l’égal de ses compatriotes et bénéficie de la protection de la République.

Il n’y a en France qu’une seule communauté : celle de la République laïque.


Poster un commentaire

Une journée sous le signe du deuil

Je veux exprimer ce soir l’émotion qui était palpable tout à l’heure à l’Assemblée Nationale, pour l’hommage de la nation à ses victimes. Je veux aussi féliciter Manuel Valls pour son discours, juste et honnête, qui a recueilli l’adhésion de l’ensemble de la représentation nationale. Je partage pleinement sa lutte contre l’antisémitisme, qu’il mène depuis longtemps et avec raison. J’ai une pensée particulière pour nos concitoyens juifs victimes des assassins fanatiques, uniquement parce qu’ils étaient juifs, et dont les obsèques ont eu lieu aujourd’hui. Yoav Hattab, Yohan Cohen, Philippe Braham, et Francois-Michel Saada, nous ne vous oublierons pas.

Je pleure avec les familles des trois représentants de l’ordre tombés pour notre sécurité, et je salue leur sens du devoir et leur sacrifice. Leur mémoire a été honorée ce matin par la République à la préfecture de police de Paris. Merci à Clarissa Jean-Philippe, Ahmed Merabet, Franck Brinsolaro.

Mais j’ai aussi une pensée pour le jeune Mikaël, tué dans une rixe lundi. La communauté arménienne de Marseille, à laquelle appartenait la victime, a lancé un appel à la mobilisation après l’assassinat de Mikaël prévue ce mardi soir à l’église apostolique arménienne du Prado, à Marseille. Je ne pourrai pas les rejoindre, mes pensées les accompagnent néanmoins.

Nous sommes tous unis dans la douleur, celle-ci est la même dans toutes les religions, dans toutes les communautés, chez tous les humains. J’appelle chacun a se recueillir, selon ses convictions et ses habitudes, à dépasser l’émotion qui nous étreint tous et à suivre la voie de la modération, celle des pensées, des paroles, et des actes.


Poster un commentaire

Trois jours sanglants qui doivent changer la France

Le drame qui a ensanglanté la France vient de se terminer.
Depuis 3 jours me sont revenues des sensations déjà éprouvées, hélas, comme des vieilles blessures jamais vraiment guéries.
La rue des Rosiers à Paris, le 11 septembre à New-York, le massacre d’Utoya en Norvège, l’école juive à Toulouse, etc. Tous ces crimes dont nous sommes tous victimes, nous qui avons un peu d’humanité, ce don que nous avons tous en nous, quelles que soient nos différences intellectuelles ou physique, quelle que soient nos croyances.
Et puis il y a quelques humains qui ont perdu cette humanité. On en trouve quelques un, de toutes cultures et de toutes croyances. Ceux-là ont renoncé à ce don qui nous est propre pour redevenir des bêtes sauvages.

Je viens d’apprendre la mort des 3 assassins. Comme des cellules cancéreuses dans notre humanité, il a fallu les éliminer.
Les forces de l’ordre n’ont pas pu empêcher la mort d’otages à Paris dans le magasin « Hyper Cacher » à Paris. A Dammartin, les assassins de la rédaction de Charlie Hebdo, les frères Kouachi ont été également abattus en blessant un membre du GIGN.

Ces 3 jours sanglants, dont l’intensité a dépassé tout ce que nous avions connu, doivent nous rendre plus fort, plus attachés encore à nos valeurs communes républicaines. Ces journalistes, caricaturistes, policiers qui ont succombé à la barbarie sont des martyrs de notre République. Leurs origines étaient multiples, comme leur croyances ou leurs idées. Ils représentaient la diversité et la richesse de notre pays, son intelligence, son humour, sa culture et son courage.
Tous les Français doivent se regrouper, comme autant de victimes de ce terrorisme insupportable. Plus que jamais nos différences, cultuelles, politiques ou culturelles, doivent s’effacer derrière nos plus belles valeurs, la liberté et la laïcité, qui sont plus que jamais le rempart contre la haine de l’autre.
Le slogan «Je suis Charlie » a fait le tour du monde. Si notre drame a eu un écho si particulier, c’est que notre pays a encore cette image du pays où la pensée est libre. Soyons fiers de l’impertinence de Charlie Hebdo. Soyons fiers de la France.
Je serai samedi à 15 heures à la manifestation en hommage aux trop nombreuses victimes de ces 3 fanatiques, sur le vieux port, à Marseille.
Mes pensées vont aux proches des victimes, qu’ils puissent se reconstruire après cette terrible épreuve, comme notre pays tout entier doit le faire.


Poster un commentaire

Le Pape François face à l’Europe

Le Pape François s’est rendu à Strasbourg mardi pour s’exprimer devant le Parlement européen, à l’invitation du président Martin Schulz.

Son message sans concession sur l’Europe n’a pas manqué de critiquer « la technique bureaucratique de ses institutions » et à ses fameuses « règles perçues comme éloignées de la sensibilité des peuples particuliers ».  Des paroles pleines de bon sens que je partage totalement.

Son appel à la solidarité pour les migrants, comparant la mer Méditerranée à un grand cimetière, était une invitation à la réflexion sur l’identité culturelle européenne et ses valeurs humanistes : « Dans les barques qui arrivent quotidiennement sur les côtes européennes, il y a des hommes et des femmes qui ont besoin d’accueil et d’aide » a déclaré le Saint-père en invitant à « agir sur les causes et non seulement sur les effets ».
En demandant à replacer l’humain au cœur de la construction européenne, le Pape a délivré un message salutaire et nécessaire face au désaveu croissant des citoyens pour des institutions dans lesquelles ils ne se reconnaissent plus.

« L’heure est venue de construire ensemble l’Europe qui tourne, non pas autour de l’économie, mais autour de la sacralité de la personne humaine, des valeurs inaliénables », a-t-il ajouté en plaidant pour que l’on abandonne « l’idée d’une Europe effrayée et repliée sur elle-même ». Il a également dénoncé « la culture du déchet » à l’oeuvre actuellement et qui risque de réduire la personne humaine  » à un simple engrenage ».

Un discours engagé que je voudrais entendre dans la bouche de nos ministres socialistes qui semblent trop souvent n’être que des experts comptables quand notre société a besoin d’humanistes.


Poster un commentaire

Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Chaque année, plus de 216 000 femmes de 18 à 59 ans sont victimes de violences physiques ou sexuelles de la part de leur ancien ou actuel partenaire. 86 000 femmes indiquent avoir été victimes de viol ou de tentative de viol. Tous les 3 jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou de son ex-conjoint.

Certains intellectuels ou polémistes n’hésitent pas à s’inquiéter d’une supposée « féminisation de la société », au dépend d’une traditionnelle suprématie virile qu’ils voudraient préserver.
Les chiffres des violences faites aux femmes peuvent les rassurer, les schémas archaïques sont bien implantés, la seule différence, c’est qu’on peut comptabiliser aujourd’hui ce dont on ne parlait pas naguère. Pourtant, 16 % seulement des victimes déposent plainte et 10 % déposent une main courante.

A l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, le gouvernement a pris des mesures selon trois axes prioritaires :
– organiser l’action publique autour d’un principe : aucune violence déclarée ne doit rester sans réponse ;

– protéger les victimes : assurer leur mise à l’abri et un accompagnement spécifique ;

– sensibiliser la société : les violences faites aux femmes ne doivent plus être ni une fatalité ni un tabou.

Les victimes de ces violences ne doivent plus se cacher, l’utilisation du numéro d’urgence dédié aux femmes victimes, le 3919 est le meilleur moyen de sortir de cet enfer.

La violence à l’encontre des femmes est insupportable dans une société moderne.


Poster un commentaire

Réflexions autour de 3 drames

La mort de Rémi Fraisse, sur le site controversé de Sivens, pose de nombreuses questions concernant l’évolution de notre société. La mort d’un manifestant est un drame déplorable pour une démocratie… Les nombreuses zones d’ombres qui subsistent empêchent d’élucider les circonstances exactes de ce décès. Les forces de l’ordre ont reconnu leur responsabilité, c’est bien une grenade qui semble avoir causé ce terrible accident. Il est évident que jamais il n’a été question de tuer un manifestant, mais que les gendarmes mobiles n’ont fait qu’accomplir leur devoir. Les images disponibles montrent que certains manifestants ont attaqué à coup de cocktails molotov les forces de l’ordre, les contraignant à une riposte musclée. L’usage de grenades n’a rien d’exceptionnel en pareille circonstance, mais pour la première fois cela a tué un innocent.
Le ministre de l’intérieur a pris la seule décision qui s’imposait : interdire l’usage de ces armes.
Une des questions qui apparait, derrière la tragédie, est la motivation de certains de ces manifestants qui se revendiquent anarchistes et partisans de l’action violente. La question écologique était-elle vraiment leur combat ? Ces casseurs ont aussi une part de responsabilité dans la mort de Rémi Fraisse.
Une autre question soulevée par ce drame, est l’utilité de cette retenue d’eau, que certains experts contestent, études à l’appui. Sans la mobilisation citoyenne, et la mort tragique d’un manifestant, ces questions ne se seraient peut-être jamais posées.
Mais quelle que soit l’émotion légitime que provoque ce décès, il n’est pas tolérable qu’il serve de prétexte au saccage et à la violence, comme cela a été la cas à Nantes, ou dans une moindre mesure à Paris.

La tension que la crise économique provoque dans notre société produit des réactions extrêmes et des débordements inutiles. Les socialistes se déchirent et certains adoptent des postures indignes, comme celle qui veut salir la mémoire de Christophe de Margerie. Confondre l’homme et la fonction qu’il occupe est une erreur.
Là où la retenue devrait être de mise face aux drames que nous subissons, certains font de la surenchère sur ces dérapages et aggravent la fracture qui divise notre société, au moment où l’unité de la gauche devrait être une réponse aux difficultés. Nous en sommes loin…
Hier, le sous-officier des forces spéciales Thomas Dupuy est mort au combat au Mali. C’est le dixième soldat Français de l’opération Serval qui donne sa vie pour notre pays. Deux autres militaires français ont été blessés durant cette mission.

Le sacrifice de ces militaires pour leur patrie doit nous faire réfléchir. Les divisions qui fracturent notre société ont-elles un sens face à l’engagement de nos soldats en lutte contre le terrorisme ?

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.