Le blog de Sylvie Andrieux

Députée des Bouches-du-Rhône


Poster un commentaire

L’affaire Sylvie Andrieux

imprim écran site Affaire Sylvie Andrieux

Vous avez été nombreux à manifester des témoignages de soutiens et je vous en remercie.

J’ai fait le choix de ne pas mélanger ma communication sur le plan politique et la communication faite sur cette affaire. Je sais que vous êtes nombreux à être scandalisés par certains articles de presse. Pour tout ceux qui souhaiteraient une véritable information, mon époux a créé un site pour dire toute la vérité.

www.comprendrelaffairesylvieandrieux.fr


Poster un commentaire

Commémoration au Camp des Milles dimanche 27 janvier

C’est avec beaucoup d’émotions que j’ai participé à la cérémonie officielle qui a été organisée dimanche 27 janvier à 10h30 au Wagon du souvenir des Milles, dans le cadre de la journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de la Shoah.

Cette cérémonie fût la première officielle au Camp des Milles depuis l’inauguration du Site-Mémorial le 10 septembre dernier par notre Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault à laquelle j’ai également participé.

Je tiens à féliciter la Fondation du Camp des Milles à travers son Président Alain Chouraqui ainsi que toute son équipe pour ce travail remarquable au niveau pédagogique et culturel afin de donner des leçons des mécanismes du génocide afin que l’horreur ne se reproduise plus.

Photos prises par M. Gilbert Soulet

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Poster un commentaire

Samedi 8 décembre // Participation au 26e Téléthon

100_2703

 

Avec le maire du 7e secteur Garo Hovsepian, la ministre en charge des handicapés et de la lutte contre l’exclusion Marie-Arlette Carlotti et de nombreux élus marseillais, j’ai participé au lancement du 26e Téléthon à Marseille. J’ai visité ensuite les nombreux centres d’animation du 7e secteur où j’ai pu constater, une fois de plus, que malgré la crise les habitants des quartiers populaires ont fait la démonstration de leur générosité et de leur engagement pour la solidarité. Qu’ils en soient remerciés.


Poster un commentaire

La lutte contre la pauvreté nous concerne tous

Un Français sur deux se considère pauvre, ou proche de l’être, nous apprenait la semaine dernière un sondage de l’institut CSA. Notre pays est bien mal en point : La pauvreté, qui avait reculé entre 1997 et 2002 est repartie à la hausse il y a 10 ans, en particulier depuis 2006. Aujourd’hui, l’emploi recule et le nombre de travailleurs pauvres et précaires a augmenté. Plus de 5,5 millions de Français vivent avec moins de 964 € par mois, le seuil de la pauvreté. C’est le devoir de la nouvelle majorité de réagir.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a dévoilé à la mi-journée les grandes orientations de la politique du gouvernement en matière de lutte contre la pauvreté, en conclusion de la grande conférence contre la pauvreté et l’exclusion.

• Le RSA « socle » (qui remplace le RMI) va être réévalué pour l’amener à 50 % du Smic, alors qu’il n’en représente que 43 % actuellement.  C’est bien la moindre des choses quand on sait que vivre avec le Smic c’est être à la limite de la précarité.
• D’autre part, le dispositif RSA « activité » qui apporte un complément de revenus aux travailleurs pauvres, n’est pas utilisé par 68 % de ceux qui pourraient en bénéficier. En cause, une complexité administrative que le gouvernement va réformer.
• Le plafond de la CMU complémentaire sera révisé, de façon à couvrir 500 000 personnes de plus.
• Un contrat d’insertion destiné à terme à 100.000 jeunes non qualifiés sera créé en 2013, assorti d’une allocation à hauteur du RSA socle (environ 450 € par mois) pendant les périodes d’inactivité. Cette  » garantie jeunes » consistera en un contrat d’un an renouvelable signé entre le jeune  et le service public de l’emploi.
• Deux prestations familiales attribuées sous conditions de ressources seront revalorisées : l’allocation de soutien familial, pour les parents isolés, et le complément familial, pour les foyers de trois enfants et plus.
• 8.000 places supplémentaires seront créées pour l’hébergement d’urgence et les centres d’accueil pour demandeurs d’asile, d’autre part le gouvernement maintient l’objectif de construction de 150.000 logements sociaux par an.

En totalité, c’est 2,5 milliards qui seront consacrés à cette lutte, sur 5 ans.
C’est bien la moindre des choses que pouvait faire la gauche, qui est contrainte de consacrer la même somme pour recapitaliser la banque Dexia. J’entends les plus précaires de nos concitoyens qui ne verrons leurs allocations augmenter que de quelques euros par mois, exprimer leur déception : le Mouvement national des chômeurs et précaires appelle à un « choc de solidarité » en évoquant les 20 milliards consacrés à la compétitivité. Je vois bien que l’écart se fait toujours plus grand entre les plus favorisés et les plus démunis : malgré la crise, le salaire des patrons du CAC 40 a encore progressé en 2011 de  4 % (une progression moindre comparée aux 30 % de 2010), avec une rémunération totale moyenne de 4,2 millions d’euros.

Alors effectivement ces mesures nécessaires sont encore bien insuffisantes. Elles ont toutefois le mérite d’exister, et je tremble en pensant à ce qu’aurait fait la droite à notre place : C. Jacob a fustigé tout à l’heure « une politique de l’assistanat »et L. Wauquiez a considéré qu’il valait mieux aider les classes moyennes que les plus démunis…
Ce combat pour la solidarité, je le défendrai dans l’hémicycle, avec mes collègues de la majorité, quoi qu’en disent nos contradicteurs, et nous travaillerons à améliorer encore le destin de nos compatriotes les plus défavorisés. Avec Marie-Arlette Carlotti, ministre de la lutte contre l’exclusion, nous irons aussi loin que possible pour ne laisser personne sur le bord de la route de la vie.

Ce combat contre la pauvreté ne fait que commencer.


Poster un commentaire

23 et 24 novembre soyons mobilisés pour l’aide alimentaire !

Vendredi et samedi, la collecte nationale des banques alimentaires se déroulera dans un contexte de crise très défavorable. En effet, la fin du programme d’aide européenne aux démunis (PEAD) est en discussion et même en cas de maintien ce serait en étant revu nettement à la baisse.

Stéphane Le Foll, le ministre de l’Agriculture fait tout ce qu’il peut pour préserver le budget de ce programme (qui est lié à celui de la Politique Agricole Commune). Il a reçu le soutien du président de la République qui a rencontré les responsables de l’association des Restos du cœur début novembre, et de Marie-Arlette Carlotti, notre ministre chargée de la Lutte contre l’exclusion.

Dans les Bouches-du-Rhône, nous devons tous être mobilisés pour répondre à l’urgence.  L’an dernier, dans notre département, cette collecte a permis de sensibiliser environ 200 000 personnes et de recueillir plus de 400 tonnes de denrées en 2 jours. Jacques Ansquer, le président de la Banque Alimentaire 13, compte sur nous tous, pour venir en aide aux plus de 3 millions de Français qui vivent sous le seuil de pauvreté, un chiffre alarmant qui est en constante augmentation.

A l’occasion de leur courses dans plus de 200 magasins du département associés à cette journée de solidarité, les consommateurs pourront offrir des produits manquant le plus, comme des conserves de légumes, de poisson (sardines, thon), du sucre, du café, des produits d’hygiène… 4000 bénévoles réceptionneront vos dons qui seront centralisés aux entrepôts de Master Park La Pomme, 116 bd de la Pomme dans le 11e, où vous pourrez aussi proposer vos services.

Vendredi et samedi, soyons solidaires des plus défavorisés.


Poster un commentaire

Problème d’accessibilité pour les personnes handicapées

Sylvie Andrieux, députée des Bouches du Rhône attire l’attention de Madame la Ministre des Solidarités et de la Cohésion Sociale sur l’insuffisante accessibilité des bâtiments recevant du public.

En effet, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, a conclu lors de son allocution à l’occasion de la clôture de la deuxième Conférence nationale du handicap qui s’est tenue mercredi 8 juin 2011 à Paris que « les personnes handicapées sont encore trop nombreuses à ne pas avoir accès aujourd’hui au sport, à la culture, au logement, aux transports. »
Cependant, l’article 41 de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a prévu que « les dispositions architecturales, les aménagements et équipements intérieurs et extérieurs des locaux d’habitation, qu’ils soient la propriété de personnes privées ou publiques, des établissements recevant du public, des installations ouvertes au public et des lieux de travail doivent être tels que ces locaux et installations soient accessibles à tous, et notamment aux personnes handicapées ».
Le Gouvernement s’est fixé l’objectif d’atteindre ceci d’ici 2015. D’après Jean-Marie Barbier, président de l’Association des paralysés de France (APF), « seulement 15 % des bâtiments sont accessibles ». La seule mesure annoncée par Nicolas Sarkozy dans la matière concerne l’accessibilité des écoles de la fonction publique.

En même temps, on remarque les tentatives du Gouvernement d’introduire des dérogations à cette obligation crée par la loi. C’est pourquoi elle lui demande les mesures et les moyens que compte mettre en place le Gouvernement afin d’assurer l’accessibilité des bâtiments notamment de ceux recevant du public aux personnes handicapées d’ici à 2015.


Poster un commentaire

Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Aujourd’hui, la violence familiale et le viol constituent des risques plus importants pour les femmes entre 15 et 44 ans que le cancer, les accidents de la route ou le paludisme. En France, 654 000 femmes ont déclaré avoir subi des violences physiques ou sexuelles en 2009, soit près de 20 000 de plus qu’en 2008. Une femme meurt sous les coups de son mari tous les deux jours et demi en France.

Alors que les campagnes de sensibilisation à l’égard de la lutte contre les violences faites aux femmes se multiplient, nous devons nous engager ensemble pour lutter contre ce fléau. Un fléau qui n’épargne aucune société : violence conjugale, abus sexuels, harcèlement sexuel au travail, mariage précoce ou forcé, mutilations génitales, agressions sexuelles, viols comme tactique de guerre, etc.

Face à un tel constat, nous savons que la réponse ne peut être que globale et néanmoins adapté à la situation de chaque pays. Une réponse qui doit englober la prévention et l’aide aux victimes bien sûre mais également une réponse ferme à l’endroit des agresseurs. Pour cela, notre soutien aux associations d’aide aux victimes est indispensable!

Si la lutte contre les violences est devenue grande cause nationale depuis 2010, si les actions de lutte contre ces violences se multiplient, force est de constater que nous devons faire face à un problème qui doit être combattu par l’ensemble de la société. 

Alors que notre société est encore marquée par de fortes inégalités entre les femmes et les hommes, la question de la condition féminine doit être plus que jamais une priorité si l’on souhaite faire évoluer les mentalités. Nous devons prendre conscience ensemble que les violences faites aux femmes constituent un fléau et nous attaquer aux inégalités.