Le blog de Sylvie Andrieux

Députée des Bouches-du-Rhône


Poster un commentaire

Conseil Municipal spécial sécurité

Vendredi 27 mai, la Fédération accueillait Jean-Jacques Urvoas, Secrétaire national à la sécurité et Député du Finistère pour rencontrer les élus locaux et les acteurs de la sécurité à Marseille. Cette rencontre s’inscrivait dans le prolongement des actions déjà menées par les élus socialistes pour alerter le Maire de Marseille et le Gouvernement sur les conséquences de la réforme générale des politiques publiques.

Alors que la situation s’aggrave à Marseille et dans nos quartiers, alors que les drames se succèdent, le Gouvernement continue de nous faire croire qu’il est possible d’éradiquer la violence par de simples annonces qui interviennent lorsque le mal est fait. Malheureusement les visites ministérielles très médiatiques de Brice Hortefeux puis de Claude Guéant n’y ont rien changé.

Au-delà des discours, les habitants des quartiers réclament plus de protection mais également plus de justice car ils ne sont pas dupes de ces effets de maquillage qui ne font que cacher les échecs du Gouvernement.

Si le président avait fait de la sécurité l’un des thèmes phares de sa campagne, force est de constater qu’elle est devenue une politique publique comme une autre, soumise à la règle du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux. Conséquence directe de la mise en oeuvre de la réforme générale des politiques publiques à Marseille, la disparition de 400 postes de policiers et de CRS depuis 2007. Une baisse des effectifs qui s’accompagne dans le même temps d’une hausse sensible de la population. Aujourd’hui on compte 2854 policiers contre 3230 en 2007. Soit un policier pour 324 habitants alors qu’en 2007 il y en avait un pour 294 habitants.

Mais si nous devons répondre dès aujourd’hui à la montée de l’insécurité en réclamant des effectifs de police, nous savons aussi que cette violence provient bien souvent des milieux les plus défavorisés. Elle est le résultat des politiques d’isolement et de pauvreté d’une partie de la population.

Les fermetures annoncées de classes ou d’écoles, le non remplacement de professeurs ou la suppression de postes d’éducateurs spécialisés sont autant de mesures injustes qui contribuent à creuser les inégalités.

Dans ces conditions, comment fournir un véritable accompagnement aux enfants?

Comment venir en aide à des parents qui n’ont pas les moyens de les accompagner?

Les milieux les plus défavorisés ne doivent pas subir cette double peine qui les contraint à ne pas pouvoir sortir de cette situation et à n’avoir pour seule réponse que l’intervention de la police.

Alors que s’est tenu aujourd’hui un Conseil Municipal consacré à la sécurité, les élus socialistes étaient rassemblés pour témoigner de la peur et de l’exaspération d’une grande partie de la population qui ne se sent plus en sécurité à Marseille. Les élus socialistes souhaitent que le Maire prenne ses responsabilités pour assurer la sécurité de tous les marseillais mais ils veulent également que l’égalité soit assurée à travers un véritable plan d’éducation et de prévention.

Suite au conseil d’arrondissement qui s’est tenu mercredi 25 mai, je suis intervenue au Conseil Municipal pour dénoncer les ravages de la révision générale des politiques publiques. Voici le contenu de cette intervention :

Conscient qu’une réponse véritablement efficace à la délinquance et aux incivilités repose aussi sur l’éducation et la prévention, le conseil des 13e et 14e arrondissements condamne fermement la baisse continue des budgets consacrés aux services publics comme l’éducation nationale, l’action sociale, la vie associative et culturelle ou l’administration pénitentiaire. La vision à court terme sur laquelle repose la RGPP trouve manifestement ses limites face à la dégradation des conditions de vie et de l’accès à la citoyenneté pour une population de plus en plus nombreuse.


Poster un commentaire

Sécurité à Marseille : conférence de presse

Depuis plusieurs mois le Parti socialiste travaille pour offrir une alternative politique crédible en particulier en matière de sécurité.

Nicolas Sarkozy, qui avait fait de la sécurité son cheval de bataille électoral en 2007, n’avait qu’’une finalité : la prise du pouvoir. Il a supprimé 16 000 postes de policiers et gendarmes sur l’ensemble de l’’Hexagone depuis son accession à la Présidence de la République. Ce lourd sacrifice qui a entraîné une hausse continue des violences contre les personnes et engendré une désillusion pour les citoyens favorisant la montée de l’extrême droite.

Le forum des idées dédié à la sécurité qui s’est tenu le 17 novembre 2010 à Créteil a vu l’’émergence du « Pacte national de protection et de sécurité publique » regroupant 22 propositions phares du Parti consultables sur ce lien.

Il propose notamment de renforcer la présence des forces de sécurité sur tout le territoire de la République, et en particulier dans les zones prioritaires ; de donner les moyens à la justice de sanctionner rapidement, systématiquement et de manière proportionnée les actes de délinquance; de mettre en place des dispositifs innovants pour lutter contre les nuisances de voisinage et d’’améliorer l’’accueil et la protection des victimes.

Les élus socialistes des Bouches-du-Rhône travaillent afin de pallier les défaillances de l’’Etat et préparer l’’avenir. Les maires de secteurs de Marseille sont d’’ores et déjà en ordre de marche pour le Conseil municipal extraordinaire de Marseille prévu le 30 mai prochain, déterminés à mettre la droite face à ses responsabilités tant au niveau national que local. Ce jeudi, la mairie des 13ème et 14ème arrondissements a d’ailleurs organisé un conseil d’arrondissement dédié à la sécurité au cours duquel nous nous sommes engagés à relayer les plaintes des habitants lassés par une situation qui s’aggrave jour après jour.

La Fédération, impliquée dans cette dynamique de travail accueille Jean-Jacques Urvoas, Secrétaire national à la sécurité et Député du Finistère, vendredi 27 mai dans le département des Bouches-du-Rhône. 


Poster un commentaire

Conseil D’arrondissements dédié à la sécurité dans les 13/14s

La séance extraordinaire du Conseil d’Arrondissements des 13/14 dédiée à la sécurité aura lieu mercredi 25 mai à 17 heures en Mairie de secteur, 72 rue Paul Coxe 13014.

À Marseille, la question de l’insécurité est l’une des préoccupations majeures des habitants et lorsque l’on regarde les chiffres on ne peut que constater l’importance de ce phénomène. Les statistiques nationales des violences faites aux personnes ont recensé plus de 40 assassinats en deux ans à Marseille, dont 20 dans les premiers mois de l’année 2010. Nos concitoyens vivent dans la peur quasi permanente, ce qui vient assombrir le quotidien de quartiers déjà fortement touchés par la précarité. Malgré ces chiffres et les témoignages toujours plus nombreux des habitants victimes de ces violences, le gouvernement continue la purge des effectifs des policiers et des gendarmes dans les Bouches-du-Rhône. En 2002, le département comptait 4507 policiers lorsqu’il en compte 4149 aujourd’hui. Dans notre secteur, nous comptons seulement vingt policiers nationaux pour plus 150000 habitants. Nous devons agir, vite !

Nous réclamons le renforcement des forces de police sur les 13ème et 14ème arrondissements et sur l’ensemble du territoire de Marseille car nous ne devons pas attendre un autre fait divers pour que les pouvoirs publics réagissent.


Poster un commentaire

Pour une nouvelle politique du logement

Aujourd’hui, nul ne peut nier l’ampleur et l’aggravation de la situation du logement dans nos quartiers. Si le mal logement touche plus fortement les personnes les plus vulnérables, force est de constater que les salariés sont également confrontés à ce problème.

Face à ce constat, le Gouvernement a décidé de se désengager, abandonnant nos quartiers et laissant les populations dans le plus grand désarroi. À considérer le logement comme une marchandise, il pousse les prix immobiliers et les loyers à la hausse, réduit la capacité globale de production des logements locatifs sociaux, mystifie le pays en voulant faire croire que l’accession à la propriété généralisée est une réponse à la crise du logement en France. La politique sarkozyste du « tous propriétaires » a aggravé la situation, notamment pour les plus modestes : elle a servi de prétexte à l’Etat pour réduire ses crédits pour la construction de logements sociaux et les dispositifs d’aide à l’accès à la propriété ont contribué à la hausse du prix du m2.

Cette situation nous oblige, élus locaux socialistes, à intervenir au quotidien pour que les grands programmes de constructions des logements sociaux voient le jour dans nos quartiers. Ce travail nécessite l’engagement de tous les acteurs concernés par cette question: habitants, collectifs de citoyens, bailleurs et associations de lutte contre le mal logement travaillent avec nous pour que la situation s’améliore concrètement.

Et ce volontarisme porte ses fruits. Selon une enquête réalisée par l’Agence d’Urbanisme de l’agglomération de Marseille, les 13ème et 14ème arrondissements confirment leur dynamisme en matière de logement puisque 43% des logements construits à Marseille sont localisés dans nos arrondissements. Un dynamisme qui s’illustre avec le projet St Barthélémy, Picon, et Busserine qui permettra la reconstruction de 300 logements neufs et la modernisation de 900 autres.

Au niveau local, nous nous battons pour faire aboutir les grands programmes de constructions et de réhabilitations de logements sociaux avec vous. Nos démarches s’inscrivent dans la concertations avec les acteurs concernés mais également avec les habitants qui sont régulièrement invités à participer à nos réunions. Aujourd’hui, la Mairie des 13ème et 14ème arrondissements poursuit ce dynamisme au Flamants, au Vieux Moulin, à St Joseph, à St Paul et à Malpassé notamment.


Poster un commentaire

DSK : vérité et justice avant tout

Ce mardi 17 mai, à l’invitation de Martine Aubry, je me suis rendue auprès de mes collègues socialistes suite à la tragédie survenue dans la nuit de dimanche à lundi. Comme la première secrétaire, nous avons ressenti le besoin de nous retrouver ensemble pour partager notre émotion à l’endroit de Dominique Strauss Kahn, de son épouse, de sa famille et de la victime présumée.

Je n’ai pas souhaité m’exprimer depuis dimanche, dans l’attente des faits précis et avant que les versions contradictoires de la jeune femme ayant porté plainte pour des faits d’une extrême gravité et de Dominique Strauss-Kahn soient connues. Présomption de victime et présomption d’innocence : voilà ce que je sais, comme la plupart de celles et de ceux qui commentent un événement qui sidère les Socialistes comme l’ensemble des Français.

Je suis persuadée par contre que, au-delà de la procédure judiciaire qui doit suivre normalement son cours, le lynchage médiatique organisé avec la sortie scénarisée du commissariat, et plus encore la présence des caméras et les gros plans sur l’inculpé toujours innocent à l’heure où j’écris ces lignes, me paraît contraire à une conception d’une justice sereine et respectueuse tant de la victime que de l’agresseur présumés. Je me retrouve en cela complètement dans les propos de Martine Aubry aujourd’hui.

Au-delà des témoignages, la première secrétaire, Laurent Fabius et François Hollande ont réaffirmé leur volonté d’unité et de responsabilité face à ce drame. Ils ont d’ailleurs tenu à remercier les responsables politiques qui tiennent les meetings et font partager le projet du Parti socialiste. Nous avons également confirmé la préparation des primaires car, quelque soit la dureté de l’épreuve, nous tenons à rester rassemblés, dignes et respectueux des principes qui nous guident.


Poster un commentaire

Conseil d’arrondissement CICA Education

Education Nationale en danger !


16.000 suppressions de postes en 2010, 13.500 en 2009, 11.200 en 2008… Au total, ce sont 70.000 postes qui ont été supprimés dans l’Education Nationale depuis 2003, et 50.000 suppressions sont encore attendues d’ici 2013… Paradoxalement, l’effectif des élèves ne cesse d’augmenter, ainsi que le taux de natalité. Le gouvernement invoque la nécessaire réduction des dépenses publiques pour justifier la suppressions des postes mais fait porter l’effort financier sur le seul avenir des jeunes, alors qu’il offre dans le même temps de nombreux cadeaux fiscaux aux plus riches…

Or, l’école laïque de la République a pour mission de donner à chaque enfant un accès au savoir dans les meilleures conditions possibles. Chaque jour, par ses décisions, le Gouvernement s’éloigne un peu plus de cette mission…

Le budget dédié à l’enseignement scolaire pour 2011 fait l’impasse sur l’avenir et aggrave les problèmes déjà rencontrés à la rentrée 2010 et aux rentrées précédentes. Les conditions d’enseignement se dégradent pour les élèves et pour les enseignants : suppressions de postes, surcharge des classes, difficulté de remplacement des enseignants, non scolarisation des enfants de deux ans, diminution de l’offre de formation professionnelle des enseignants, …

 Le Ministre de l’Education Nationale a attendu le lendemain des cantonales pour dévoiler la carte scolaire, et pour cause ! Des classes vont fermer, des postes vont être supprimés, postes qui assurent la cohésion de notre système éducatif et la réussite de tous les élèves. J’ai demandé, dans une question écrite publiée le 3 mai au JO,  au Ministre de l’Education Nationale de remédier rapidement au blocage du renouvellement des contrats aidés dans l’Education Nationale, des appuis précieux qui facilitent grandement le fonctionnement des écoles.

La situation dans les bouches-du-Rhône

88 fermetures de classes sont prévues dans le 1er degré dans les Bouches-du-Rhône, 65 postes dont 46 RASED alors que l’on attend 1065 élèves supplémentaires ! C’est une volonté forte d’abandon de l’aide aux élèves en difficultés : aujourd’hui 15.000 élèves bénéficient de l’accompagnement des RASED, mais qu’en sera t-il demain ?

Le Gouvernement entend-il investir les 250 millions d’euros nécessaires au maintien des postes dans l’Education Nationale ?

Hier, l’Inspecteur d’Académie a fait connaître aux représentants des personnels ses décisions en matière de carte scolaire pour l’année 2011-2012, la pire que le Département ait connu depuis longtemps !

Alors qu’il devait, au titre de la politique gouvernementale de non-remplacement d’un fonctionnaire sur 2 partant à la retraite, rendre 65 postes, il a fait le choix de sacrifier les postes relevant des Réseaux d’Aide Spécialisée aux Elèves en Difficulté (RASED). C’est ainsi qu’il en ferme 40 sur 121 !

Il prend par ailleurs la décision de ne plus former d’enseignants aux spécialisations de ces postes, annonçant la disparition programmée et proche des RASED. Il a également pris la décision de ferme 63 classes.

Du côté des ouvertures, ses décisions sont loin de répondre aux besoins. Avec seulement 22 classes ouvertes, alors que les effectifs annoncés par les directrices et directeurs d’écoles, minorés de 5.500 élèves par l’Inspection Académique, justifieraient l’ouverture de 95 classes, il est évident que de nombreuses écoles vont connaître des situations tendues…

Le gouvernement sacrifie l’avenir des enfants de ce pays en ne faisant aucune prévision ni d’investissements dans son école publique. Ces régressions ne sont plus acceptables, nous devons nous mobiliser pour exiger la restitution des postes supprimés et mener la bataille pour obtenir des moyens à la hauteur des besoins et des ambitions du service public d’éducation !


Poster un commentaire

Rencontre « Pénalisation de la négation du génocide Arménien »

Garo Hovsépian et Sylvie Andrieux vous invitent à la rencontre sur le thème « Pénalisation de la négation du génocide Arménien » qui se tiendra au Centre d’Animation de St Jérôme ce soir à 18h30. En présence de Mourad Papazian, président du Parti Dachnaktousion Europe occidental, co-président du CCAF France, cette rencontre sera consacrée au compte-rendu de la séance du 4 mai au Sénat et sera suivie d’un débat.

La négation du génocide doit être sanctionnée dans notre pays, mais nous devons également inciter les démocraties occidentales à reconnaître le génocide officiellement ! Nous ne pouvons rester encore frileux vis à vis de ces questions qu’il nous faut au contraire aborder de face.

Centre d’Animation de Quartier de St Jérôme 32 avenue de St Jérôme 13013 Marseille.