Le blog de Sylvie Andrieux

Députée des Bouches-du-Rhône


Poster un commentaire

Eclairage sur le contrat de génération

Contrat de génération

Nous avons voté mercredi dernier le premier projet de loi de l’année, « le contrat de génération ».
Cette mesure qui a été soutenue par l’ensemble des députés de gauche résulte d’un accord unanime des partenaire sociaux, ce qui est déjà un succès.

Notre objectif est ambitieux, mais c’est un espoir de voir enfin cesser cette augmentation du chômage qui paralyse notre économie et nos comptes publics. Ce dispositif d’aide publique aux entreprises doit en effet faciliter l’embauche en CDI des jeunes de moins de 26 ans (30 ans en cas de handicap) et le maintien de l’activité des salariés de plus de 57 ans. C’est un demi million d’embauches qui sont ainsi espérées pendant la durée du quinquennat. Additionnés aux  150 000 emplois d’avenir dans les structures publiques prévus pour les deux ans à venir, nous espérons mettre un terme au chômage qui touche principalement les jeunes (un quart ne trouve pas d’emploi).

Pour les entreprises de moins de 300 salariés, le texte prévoit un allègement des charges de 4 000 euros par an pendant trois ans, moitié pour les jeunes et moitié pour les seniors. Les entreprises de 300 salariés et plus négocieront des engagements portant sur l’embauche de jeunes et l’emploi de seniors sous peine d’être soumises à une pénalité. Pour les entreprises de 50 à moins de 300 salariés,  l’aide sera conditionnée à la recherche d’un accord collectif.

Cette promesse du candidat Hollande (n° 33) est donc tenue et c’est une des plus importantes, compte tenu de l’effroyable conjoncture économique que nous subissons. Plus que la création d’emploi, cette loi va permettre de faciliter l’insertion durable des jeunes dans l’emploi, en assurant la transmission des savoirs et des compétences que détiennent les salariés les plus expérimentés, tout en préservant leur place dans l’entreprise.

Le mois prochain, les sénateurs devront valider le texte, et nous espérons que la gauche saura s’unir cette fois-ci pour que le texte soit adopté avant la fin du mois de mars.

Cette loi fondamentale peut nous permettre de sortir d’une spirale anxiogène qui pénalise tout notre circuit économique : le chômage nuit à la consommation, ce qui empêche la rentabilité de nos entreprises, qui ne créent pas d’emplois ou en perdent.
Au forum économique de Davos, la semaine dernière, la zone euro ne semblait plus être considérée comme un malade incurable. Une amélioration semble se profiler, et Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne, a noté lui aussi « une situation considérablement plus favorable qu’elle ne l’était l’an dernier ». L’économiste Nouriel Roubini, un des rares à avoir prévu la crise financière de 2007, a reconnu que « les choses étaient moins pires que l’année dernière ».

Les dispositions que nous votons à l’Assemblée Nationale peuvent anticiper ce frémissement de reprise qui semble souffler sur l’Europe. Elles permettent à la France et ses entreprises de se relever en allégeant le coût du travail, si cela est conditionné à un engagement de solidarité de nos entreprises envers les travailleurs les plus jeunes comme les plus expérimentés.
Ce combat pour l’emploi des jeunes, Vincent Peillon le mène aussi sur le front de l’éducation, pour former convenablement notre jeunesse qui n’aspire qu’à intégrer le mode du travail. En conjuguant toutes ces mesures, nous agissons sur tous les fronts du combat pour l’emploi.


Poster un commentaire

Cérémonie des vœux du Conseiller Général Félix WEYGAND

C’est un grand plaisir pour moi d’avoir participé aux vœux organisé par le Conseiller Général Félix Weygand. C’était pour moi une occasion supplémentaire de rencontrer les habitants des quartiers de la Rose, Malpassé, Saint-Jérôme, Saint-Just, Saint-Mitre et des Olives. Dans cette salle du Club ES 13 à Saint-Jérôme, et avec Denise Triscari, Denis Rossi, Florence Masse, nous avons pu échanger dans un cadre cordial.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Poster un commentaire

Commémoration au Camp des Milles dimanche 27 janvier

C’est avec beaucoup d’émotions que j’ai participé à la cérémonie officielle qui a été organisée dimanche 27 janvier à 10h30 au Wagon du souvenir des Milles, dans le cadre de la journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de la Shoah.

Cette cérémonie fût la première officielle au Camp des Milles depuis l’inauguration du Site-Mémorial le 10 septembre dernier par notre Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault à laquelle j’ai également participé.

Je tiens à féliciter la Fondation du Camp des Milles à travers son Président Alain Chouraqui ainsi que toute son équipe pour ce travail remarquable au niveau pédagogique et culturel afin de donner des leçons des mécanismes du génocide afin que l’horreur ne se reproduise plus.

Photos prises par M. Gilbert Soulet

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Poster un commentaire

Rythmes scolaires : je soutiens la réforme de Vincent Peillon

Le gouvernement mise sur l’éducation, qui est la première priorité budgétaire de 2013 et restera la priorité du budget de l’Etat tout au long de ce quinquennat.
Vincent Peillon, le ministre de l’Education Nationale, a entrepris de rebâtir une école à la fois juste pour tous et exigeante pour chacun, afin d’élever le niveau général de tous les élèves et de réduire par deux la proportion des élèves qui sortent du système scolaire sans qualification.

La réforme proposée par le ministre est nécessaire : elle permet un engagement commun en faveur d’une organisation construite autour des besoins de l’enfant. Chacun convient en effet que la généralisation de la semaine de 4 jours, décidée il y a 4 ans, a été une erreur. Les rythmes imposés à l’enfant dans cette semaine resserrée, spécifiquement française, sont contraires à un bon apprentissage.

La priorité est donnée à l’école primaire,  ce qui est indispensable à l’heure où un élève sur 5 est en difficulté face à l’écrit en début de 6e.
Dans notre secteur, avec  le maire Garo Hovsépian (qui est lui-même un enseignant), nous mettons l’éducation au premier plan. L’apprentissage et l’éducation sont les deux piliers sans lesquels nous ne pouvons pas espérer une amélioration, à la fois du civisme et de la morale républicaine, pour endiguer la délinquance, mais aussi des connaissances générales et techniques qui permettent de préparer une future vie professionnelle de qualité.

C’est pourquoi, nous avons déjà mis en place les classes dès 3 ans, dans notre secteur de Marseille qui compte le plus d’établissements scolaires de Marseille.

J’appelle les enseignants à coopérer pleinement à cette réforme essentielle pour notre avenir. Le ministre ne les a pas oubliés dans ses propositions : les écoles supérieures du professorat et de l’éducation, leur redonnent tous les moyens d’exercer leur métier dans les meilleures conditions. Le projet de loi prévoit donc 14 000 postes destinés au développement de l’accueil des enfants de moins de 3 ans et du « plus de maîtres que de classes ».
Ce dispositif repose sur l’affectation de maîtres supplémentaires pour renforcer les pratiques pédagogiques dans les secteurs les plus fragiles.

Si le maire de Marseille fait, sans concertation avec les mairies de secteur, de l’obstruction à ce projet, préférant ne pas accorder le budget de sa ville avec les priorités de la Nation, j’espère que les professeurs des écoles sauront faire abstraction des revendications corporatistes ou politiciennes pour accompagner avec raison la construction de la nouvelle école républicaine.

Selon un sondage BVA paru aujourd’hui, 59% des Français interrogés sont pour le retour de l’école le mercredi ou le samedi matin,  et 73% ne soutiennent pas l’opposition de certains enseignants. Les appels à la grève ne sont certainement pas, dans ce cas précis, en faveur d’un meilleur avenir pour nos enfants.


Poster un commentaire

Un demi-siècle d’amitié

C’est un voyage plein d’émotions qui a marqué le cinquantenaire du Traité de l’Élysée. Le seul malaise notable dans cette journée d’hier fut celui d’un de nos collègues, fort heureusement sans gravité, ce qui a retardé un peu notre départ en avion vers Berlin.

L’accueil que l’Allemagne avait réservé aux parlementaires Français était à la hauteur des liens qui unissent nos deux pays. Avec une organisation parfaite du côté du Bundestag et beaucoup de chaleur entre les élus des deux rives du Rhin, cette journée a renforcé l’amitié Franco-Allemande.
Et quoi qu’en disent certains, j’ai ressenti la réalité de cette relation exceptionnelle qui nous rapproche, au-delà de nos différences. Oui , “le courant passe » parfaitement entre le président Français et la chancelière Allemande, j’en suis témoin. Et c’est dans ce même esprit chaleureux que les parlementaires ont échangé leurs expériences. Les présidents des deux assemblées ont plaisanté en évoquant « Astérix chez les Goths », avec beaucoup d’humour.

La coopération entre nos deux grands pays, qui symbolisent le cœur de l’Europe, va encore se renforcer. C’est quelque 75 nouvelles mesures de coopération concernant l’industrie, la recherche, l’innovation, les transports, l’énergie, entre autres, qui accompagnent « La déclaration de Berlin », véritable prolongation du traité de l’Élysée. Nos deux pays vont aussi créer un groupe de travail franco-allemand sur les questions de compétitivité en associant les partenaires sociaux.
L’Assemblée nationale devrait ainsi approfondir sa relation avec le Bundestag, pour développer une vision commune européenne dans les dix à quinze ans à venir.

Est-ce parce que je suis la fille d’une Alsacienne que cette journée d’amitié m’a émue particulièrement ? En rentrant à Paris j’ai constaté que c’était bien la même neige qui couvrait les toits des deux capitales, unies par un destin commun.
Alors que le Premier ministre du Royaume-Uni veut interroger par référendum sa population sur l’opportunité de rester dans l’Union Européenne, Berlin et Paris ont affirmé hier qu’elles en étaient le cœur.


Poster un commentaire

70ème anniversaire des Rafles du Vieux-Port

Dimanche 20 janvier s’est tenu le 70ème anniversaire des rafles du vieux-port. Cette commémoration a était organisé par la Mairie de Marseille et le CRIF Marseille Provence.
Nous étions en présence de Kader Arif, Ministre délégué chargé des anciens combattants, Marie-Arlette Carlotti, Ministre déléguée auprès du Ministre des Affaires sociales et de la santé.

Dans la vidéo, sont présents selon l’ordre d’apparition :
– José ALLEGRINI Adjoint au Maire de Marseille
– Michèle TEBOUL Présidente du CRIF
– Kader ARIF Ministre délégué chargé des anciens combattants