Le blog de Sylvie Andrieux

Députée des Bouches-du-Rhône


Conseil municipal de Marseille : intervention de Sylvie Andrieux sur la Mission Marseille Emploi

Lors du Conseil Municipal de ce Lundi 30 mars Sylvie ANDRIEUX a attiré l’attention de Jean-Claude Gaudin sur les chiffres alarmants du chômage à Marseille et en particulier chez les jeunes de moins de 25 ans. Retrouvez l’intégralité de son intervention: Lire la suite


Intervention de Sylvie Andrieux à la communauté urbaine de Marseille-Provence-Métropole des aides publiques à la pierre

416889Je suis intervenue le 26 mars dernier lors du conseil de communauté Marseille Provence Métropole pour dénoncer le double langage du gouvernement en matière d’aide publique à la pierre. Voici mon intervention : Lire la suite


Hausse du nombre de demandeurs d’emploi : réaction de Sylvie Andrieux

Une fois de plus le constat est affligeant, le nombre de demandeurs d’emplois a augmenté de 80.000.

Un chiffre qui vient s’ajouter aux 90 000 déjà recensés en janvier dernier. Et encore, il y a tout lieu de penser que ces chiffres sont manipulés par le gouvernement avec la nouvelle présentation statistique.

La crise pour les uns : chômage, pouvoir d’achat en berne… L’opulence pour les autres : bonus, stock-options, parachutes dorés, bouclier fiscal.
Le Président de la République a choisi son camp: il n’entend pas ceux qui souffrent, il est au service des privilégiés.

Face aux faillites et aux licenciements, ce ne sont pas quelques mesurettes qui vont nous sortir de l’impasse. La Région PACA a enregistré une progression record du nombre de chômeurs de 4,3% en janvier dernier.
La disparition de la dernière société de réparation navale industrielle marseillaise et le licenciement de 130 salariés ainsi que a mise en cause de plus 300 emplois de sous- traitance ne fera hélas que confirmer cette tendance.

Cette situation ne peut plus durer. Il est indispensable de mettre enfin en place un véritable plan de relance !


Bouclier fiscal : les députés UMP refusent sa suspension !

assemblee-nationale22La commission des finances de l’Assemblée Nationale, dont Sylvie Andrieux est membre, vient de réaliser une étude sur le bouclier fiscal 2008 et son évolution au regard des modes de calcul mis en place par le Gouvernement en 2007 via la loi TEPA.

« S’il était nécessaire de le démontrer à nouveau, le bouclier fiscal est inadmissible et profite bien entendu aux amis du gouvernement » commente Sylvie Andrieux.

En effet Il apparaît que le coût total du bouclier fiscal a doublé entre le « bouclier 2007 » et le « bouclier 2008 », passant de 229,1 millions d’euros à 458,3 millions d’euros.

Mais le nombre de contribuable bénéficiant du bouclier n’a pas doublé, loin de là. Il est quasiment stable, passant de 13 700 à 13 998.

Ce constat s’explique aisément : les bénéficiaires disposant des revenus et des patrimoines les plus élevés ont vu le bénéfice qu’ils tirent de la mesure augmenter très fortement.

Les contribuables possédant les patrimoines les plus importants (d’une valeur de plus de 15,581 millions d’euros), et les revenus les plus élevés ont vu le montant des restitutions qui leur sont attribuées multiplié par 2 : il passe de 143,8 millions d’euros à 288,6 millions d’euros.

Au total, les contribuables aux patrimoines les plus fortunés, supérieur à 15,5 millions d’euros, bénéficieront d’une restitution moyenne de 368 000 euros, soit l’équivalent de 30 années de SMIC.


Manifestation unitaire du 19 mars : une mobilisation record à Marseille !

Sylvie ANDRIEUX a participé ce jeudi 19 mars 2009 à la manifestation interprofessionnelle et unitaire, aux côtés d’élus, de militants et de sympathisants socialistes. Ce sont des centaines de milliers de personnes (320.000) qui se sont données rendez-vous pour dénoncer les désastres provoqués par la politique de Nicolas Sarkozy. Pour la députée socialiste,   » l’action du gouvernement met à mal la société française« .

 


Soutien aux salariés de la Caisse d’Allocation Familial (CAF) des Bouches-du-Rhône

Un nouvel épisode dans le désengagement de l’Etat.

Après la poste, l’enseignement ou encore les transports, c’est aujourd’hui la Caisse d’Allocation Familiale (CAF) des Bouches-du-Rhône qui est en grève.

Les salariés et les syndicats dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail et du service rendu aux allocataires.

En effet, la direction impose au personnel des objectifs de plus en plus difficiles à atteindre alors que les moyens matériels et humains sont en baisse constante.

Aujourd’hui, la CAF ne remplace qu’un départ à la retraite sur deux. Sur la seule agglomération marseillaise, il manque près de 200 postes et plus particulièrement dans les quartiers nord alors que les attentes y sont les plus importantes.

Ce sont plus de 30 000 dossiers qui restent en souffrance, faute de personne suffisant. Cette situation n’est pas acceptable pour les allocataires. Pour les personnes en grande précarité qui sont également touchées, c’est un scandale !
Demain, dans ces conditions, comment assurer en plus l’instruction du revenu de solidarité active qui doit être pris en charge par la CAF dés le 1er juillet prochain ?

Là encore c’est une nouvelle fois la démonstration que l’Etat se désengage chaque jour un peu plus des services publics !


Pourquoi je suis contre le projet de loi hadopi (création et Internet)

quadrature_black-out_hadopi_250x250pxLe principal objectif du projet de loi création et internet est de lutter contre le téléchargement illégal des œuvres musicales ou audiovisuelles en instituant une riposte graduée (qui permet la tenue d’avertissements et de répression de masse ciblant les internautes) est actuellement examiné à l’Assemblée nationale.

Si je m’oppose à ce texte, c’est qu’il porte gravement atteinte aux libertés fondamentales des internautes.

Les droits d’auteurs sont indispensables au développement de la création et doivent être rémunérés sur les nouveaux canaux de diffusions numériques. Mais le dispositif prévu dans le projet de loi ne résoudra en rien les problèmes soulevés par le téléchargement illégal.

Il sera en effet très facile de contourner et de manipuler le système de contrôle. Par exemple avec l’achat de logiciels qui rendent anonyme la connexion. Autre exemple révélateur des lacunes de ce projet de loi, les adresses IP pourront facilement être falsifiables. Lire la suite