Le blog de Sylvie Andrieux

Députée des Bouches-du-Rhône


Poster un commentaire

L’entretien présidentiel

François Hollande, le président de la République que nous soutenons, s’est expliqué hier soir devant les Français.
Il a réaffirmé sa volonté de maintenir le cap qu’il s’était fixé. Rien ne serait en effet plus néfaste pour notre pays que de ne pas agir dans la continuité d’une impulsion qu’il a lancée il y a 10 mois.

Les mesures fortes et courageuses engagées pour le redressement de notre pays n’ont pas encore porté leurs fruits, c’est en effet un travail de longue haleine pour réparer les dégâts causés par 10 ans de politique libérale. Le président nous a détaillé la « boîte à outil » du gouvernement pour réaliser cette politique de changement.

Mais les Français n’attendaient-ils pas plus de cette intervention que cette affirmation de continuité dans le changement ? Sans doute a-t-il laissé passer l’occasion de rassurer ses électeurs par de nouvelles mesures concrètes pour améliorer maintenant leur quotidien, qui se dégrade de jour en jour.  Taxer les privilégiés n’a de sens que s’il y a une redristribution vers les moins favorisés.

Le président a peut-être aussi oublié les parlementaires qui sont confrontés chaque jour aux difficultés croissantes de leurs électeurs, et je le constatais encore hier, en les recevant à ma permanence de Ste Marthe.
Les députés socialistes se mobilisent chaque jour pour résoudre les difficultés… et nous sommes nombreux a vouloir mieux répondre aux besoins de nos administrés. Nous soutenons cette direction que notre président nous montre : elle est juste, mais sur le terrain, les Français souffrent toujours et se désespèrent.

Réaffirmons nos valeurs socialistes, M. le président de la République, œuvrons ensemble pour apporter maintenant à nos concitoyens des mesures immédiates pour les soulager.
C’est ce que ferons les parlementaires socialistes dans l’hémicycle, autant que nous le pourrons.


Poster un commentaire

Où allez vous Jean-Luc Mélenchon ?

J’ai été particulièrement choquée par le petit scandale orchestré ce week-end par les ténors du Parti de Gauche, François Delapierre et Jean-Luc Mélenchon. Insulter le ministre de l’économie et des finances quand on veut diriger la France n’est pas très digne de cette haute ambition.
Lundi matin, Mélenchon a remis cela sur France Inter, en allant jusqu’à décrypter avec cynisme sa posture populiste et triviale. Digne successeur de Georges Marchais, c’est un autre Mélenchon que j’ai découvert, avec tristesse.

Où allez-vous Jean-Luc Mélenchon ? Ne pas partager l’orientation trop sociale-démocrate de Pierre Moscovici justifie-t-il ces débordements ? Certes, j’ai la chance d’exprimer mes désaccords ou mes doutes sur la politique du gouvernement dans l’hémicycle, dans un débat qui est loin d’être stérile.
Voyez-vous Jean-Luc Mélenchon, les parlementaires socialistes ne sont pas des moutons , nous l’avons montré pendant le débat sur la réforme bancaire, par exemple. Et nous savons bien, en tout cas une bonne part d’entre nous, que notre pouvoir est encore bridé par une constitution qui n’est pas à la mesure de notre pays. Oui Jean-Luc Mélenchon, nous pouvons nous retrouver dans ce débat institutionnel, je le sais, et dans beaucoup d’autres débats, j’en suis sûre. Mais pour cela il vous faut abandonner ce chemin sur lequel vous vous engagez.
Vous n’avez pas besoin de ces postures pour exister, vous avez vos idées, et elles sont souvent plus belles que vos paroles.


Poster un commentaire

Emotion et tristesse…

La mort de la dentiste Dominique Saiman, appréciée de tous, me plonge dans une grande amertume… La violence qui nous entoure n’a plus de limites, elle n’est réservée a aucune classe d’âge ni à aucune origine. Elle n’est pas non plus réservée à Marseille :  il y a quelques jours c’est en région parisienne qu’une bande de voyous a attaqué un RER pour en détrousser les voyageurs, comme dans un western. C’est toute notre société qui bascule vers les méthodes les plus extrêmes.
Comment devant tant de crimes et d’incivilités ne pas être convaincu du bien fondé de l’action de nos ministres, que ce soit Manuel Valls pour son traitement immédiat de la délinquance, ou Vincent Peillon qui veut agir en amont, sur le terrain de la prévention, de l’éducation et de l’enseignement d’une morale républicaine qui semble disparaître peu à peu de la conscience de beaucoup de nos concitoyens… Quant aux autres ils sont les victimes de ceux-ci.
La conjoncture difficile que chacun de nous doit supporter ne doit pas nous faire renoncer à nos valeurs. Au delà des clivages, des rivalités politiciennes, des scandales et des cabales, gardons courage et travaillons à construire une nouvelle société, celle que nous laisserons à nos enfants. Ce travail là nous concerne tous.


Poster un commentaire

Des renforts pour Marseille

Jean-Paul Bonnetain, le préfet de police, a détaillé hier les renforts déployés à Marseille, suite à la fusillade mortelle qui a encore endeuillé ma circonscription.
« Dès l’après-midi, des CRS vont être déployés dans les cités », a-t-il déclaré mais aussi des gendarmes mobiles. Au total, deux escadrons de gendarmes mobiles correspondant à 128 hommes venant d’Antibes et de Nîmes et deux compagnies de CRS (180 hommes) qui arriveront du Havre et de Brest. Le préfet de police a également expliqué que ce renfort conjuguerait « interpellation, dissuasion et cadre de vie ».

Une nouvelle fois, Manuel Valls a montré son attention pour la situation dramatique des quartiers nord, et je tiens à l’en remercier.
La police poursuit ses efforts et continue sa lutte acharnée contre les trafics de drogue, une lutte qui nous concerne tous et à laquelle chaque citoyen doit contribuer. Ces efforts portent leur fruits : une tonne de cannabis saisis ainsi qu’une trentaine d’armes dont 8 Kalachnikov et un millier d’interpellations pour différents délits.

C’est un effort d’ensemble dont nous avons besoin, des citoyens aux policiers, en passant bien sûr par les élus, et c’est tous ensemble que nous devons agir pour retrouver le calme et la sérénité.  J’entends chaque semaine les témoignages des Marseillais, en plein désarroi face à cette violence aux deux visages : violence des inégalités sociales, violence criminelle… l’une ne va pas sans l’autre, et c’est sur ces deux faces que se portent mes actions.

 

Communiqué de presse de Christophe Masse sur les décisions de Manuel Valls sur mon site officiel.


Poster un commentaire

Communiqué d’Eugène Caselli : Agression d’un chauffeur de bus de la RTM

Eugène Caselli a rendu visite au chauffeur de bus agressé hier

Portrait_officiel_d'Eugène_Caselli 

 

Marseille, 13 mars 2013

 

 

 

 

 

Le président de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole, Eugène Caselli, s’est rendu cet après-midi au domicile du chauffeur de bus agressé, hier, à l’arme blanche et sérieusement blessé au visage, pour lui apporter son soutien et son réconfort.

L’occasion pour le président de MPM, lors d’un échange d’une demi-heure, de s’entretenir avec l’agent de la RTM, victime de cette agression, sur ses conditions de travail, à l’image de tous ceux qui, dans leur activité professionnelle, sont confrontés directement sur le terrain à toutes les violences de la société et pour lesquels la situation tend à devenir intolérable.

Eugène Caselli s’est, par ailleurs, félicité de la rapidité avec laquelle l’auteur présumé de cet acte a été appréhendé.

 

Communiqué d’Eugène Caselli, président de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole.


Poster un commentaire

Latifa Ibn Ziaten, la dignité d’une mère

J’ai vu ce soir l’enregistrement de la cérémonie présidée à Toulouse par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, pour rendre hommage à Imad Ibn Ziaten, ce militaire tombé pour le service de la nation il y a un an, froidement abattu par M. Merah.

J’ai été émue par sa mère, et touchée par ses paroles.  Au delà de son un respect sincère pour la France, elle rappelait que l’armée française était pour son fils comme une une deuxième famille.  La légion d’honneur qu’a décerné à Imad Ibn Zialen le ministre, a titre posthume, était pour cette femme l’honneur de voir sa famille distinguée, elle qui est le symbole de cette intégration parfaite de ces Français venus de nos anciennes colonies, et dont on parle peu, comme ces trains qui arrivent à l’heure.

Et puis il y a eu ce drame de Toulouse. Et soudain ces deux jeunes dont les racines puisent au delà de la mer se croisent, et l’un d’entre eux est tué, parce qu’il porte l’uniforme de l’armée française. En face du terroriste fou, le représentant de notre nation. Alors on comprend la richesse que nous apportent ces Français d’origine étrangère. Ces médecins, pompiers, policiers, militaires issus de l’immigration, qui nous protègent chaque jour. Ces simples citoyens qu’on voudrait nous montrer comme « à part ». Ils sont plus nombreux que les exaltés criminels qui font la Une des journaux. Ils sont comme tous les Français, ni meilleurs ni pire, pourquoi en parlerait-on ?
Et puis il y a eu ce drame…

Latifa Ibn Ziaten, la mère d’Imad, milite pour un islam sans violence, et a créé une association pour diffuser son message : « L’Islam est pour la paix, l’amour, le partage, le respect. On ne mélange pas l’Islam avec la haine ».
Elle manifestera aux côtés des organisations juives qui défileront en souvenir des sept victimes de Merah. Latifa Ibn Ziaten nous délivre un message d’apaisement, de réunion des communautés dans le respect de la République, que devraient méditer tout à la fois ceux qui font des amalgames rapides et ceux qui manipulent les croyances.