Le blog de Sylvie Andrieux

Députée des Bouches-du-Rhône


Poster un commentaire

La journée de la femme fête ses 100 ans : continuons le combat !

Proposée pour la première fois en 1910 lors de la conférence internationale des femmes socialistes à Copenhague, la journée du 8 mars est devenue le symbole de la lutte des femmes pour leur droit et pour l’obtention d’un vrai suffrage universel. 100 ans de lutte et un combat qui reste plus que jamais d’actualité .

Un siècle de conquêtes menacées

La condition féminine continue de faire débat plus d’un siècle après le début des mouvements féministes et près de 15 ans après l’adoption de la déclaration de Pékin. En effet, malgré l’amélioration de la situation des femmes au cours du XX ème siècle, les gouvernants ont encore du mal à se saisir de cette question pourtant cruciale pour l’avenir de nos sociétés, dans lesquelles l’égalité des genres doit être une des priorités. Si le Président de la République annonçait avant son élection vouloir établir l’égalité et la parité des salaires hommes-femmes, force est de constater que les femmes restent payées 27% de moins que les hommes en moyenne.

Afin de donner aux femmes la chance de pouvoir s’épanouir dans leurs études, dans leurs travails et dans tous ces lieux autrefois bannis par les hommes, la journée du 8 mars apparaît comme un rappel indispensable face à l’immobilisme et au conservatisme ambiant. Cette journée doit nous permettre de discuter de la place de la femme dans la société mais également des problèmes auxquels elle est encore confrontée (violences, pauvreté, exclusion de la prise de décision dans la vie économique et politique, inégalités au travail, accès à l’IVG, partage des tâches…) .

Réagir ensemble face aux inégalités

Mais ce débat ne doit pas s’arrêter là, il doit nous faire prendre conscience que des inégalités persistent et que nous devons y apporter des solutions si l’on ne souhaite pas que la journée de la femme ne soit qu’un évènement sans lendemain. Il s’agit là de ne pas se dédouaner de cette question le reste de l’année car les chiffres et les images ne suffisent pas à dénoncer ce que tout le monde sait déjà.Le débat doit donc devenir la forme privilégiée si l’on souhaite affronter les nombreuses injustices auxquelles les femmes sont confrontées en France et dans le monde entier. Un débat indispensable au changement car il témoignerait de l’engagement d’une société dans un projet qui n’appartiendrait pas seulement à certains mais à toutes celles et tout ceux qui ne savent pas encore ce que représente réellement la journée du 8 mars.

Si l’on souhaite que la situation de la femme progresse dans nos sociétés face à l’intégrisme et au conservatisme, il faut donc prolonger la journée de la femme et prendre le flambeau d’une lutte engagée il y a plus d’un siècle à présent.

Publicités