Le blog de Sylvie Andrieux

Députée des Bouches-du-Rhône


Poster un commentaire

Drame au lycée Lacordaire

C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai appris hier le décès d’une élève du lycée Lacordaire. Il nous rappelle une fois de plus le désarroi d’une partie de notre jeunesse, confrontée aux difficultés d’un difficile âge de transition conjuguées à l’angoisse d’un avenir toujours plus incertain pour nos enfants.

Je m’associe à la douleur de la famille et des proches de la jeune fille face à ce drame. J’ai aussi une pensée pour le personnel éducatif de l’établissement ainsi que les lycéens, premiers témoins de ce tragique décès.

Publicités


Poster un commentaire

Roms : Communiqué de la Mairie 13/14 de Marseille

Nous sommes venus manifester à l’appel du collectif d’associations organisatrices (CIQ, associations de résidents…) contre la dangereuse incurie des gouvernements et de l’Europe :

  • Incurie dangereuse de la Roumanie qui stigmatise une partie importante de sa population et qui bafoue massivement les droits de l’homme.
  • Incurie dangereuse de l’Europe qui accepte qu’un Etat membre de la communauté rejette une partie de sa population bafouant ainsi les principes d’adhésions à la communauté européenne. L’absence de sanctions contre la Roumanie rend complice tous les états membres.
  • Insuffisance enfin de l’Etat français qui au delà de l’action politique du ministre de l’Intérieur ne met pas en place les moyens qui s’imposent pour traiter humainement ces populations et exiger de l’Europe qu’elle sanctionne sévèrement la Roumanie.

La situation actuelle est inacceptable pour un pays comme la France où des populations vivent comme au Moyen-âge, avec femmes et enfants dans la rue, sans eau, sans électricité, exposés à une insécurité permanente, à toutes les maladies et vivant de déchets ménagers malgré les efforts d’associations qui les soutiennent avec des moyens malheureusement limités.

Bien entendu, cet état devient insupportable à ceux de nos concitoyens qui vivent à proximité et qui en conçoivent une légitime indignation.

Nous n’avons pu malheureusement participer à cette manifestation du fait de la présence de dirigeants locaux du Front National qui donnaient un tout autre sens à notre démarche de la protection de ces populations en danger et à l’écoute de la colère et de l’exaspération de nos concitoyens alors que la motivation du Front National n’avait d’autre objet qu’une indécente récupération électoraliste.

En conséquence, nous avons décidé de saisir le 1er Ministre pour qu’il renforce sa volonté politique et l’attention qu’il prête à Marseille pour régler ce grave problème.

 

– Garo HOVSEPIAN, Maire du 13/14

– Sylvie ANDRIEUX, Députée

– Henri JIBRAYEL, Député

– Rébia BENARIOUA,  Conseiller général 

– Jean-François NOYES,  Conseiller général 

 et les élus de FGM 13/14


Poster un commentaire

Communiqué

Je prends acte d’une décision injuste dont j’ai aussitôt fait appel.
 
Je n’ai commis aucun des faits qui me sont reprochés et je vais consacrer toute mon énergie à en faire la démonstration devant la Cour d’Appel.
 
Cette décision n’entame en rien mes convictions, et le combat que j’ai toujours mené.
 
Dans un souci de clarté, je ne m’impliquerai pas dans le débat électoral local jusqu’à ce que mon innocence ait été reconnue.
 
Les motifs de la décision n’étant pas rédigés, la conférence de presse que je comptais tenir aujourd’hui est devenue sans objet.


Poster un commentaire

Un chef de l’Etat déterminé

Image

François Hollande a effectué avec brio deuxième son « grand oral » devant la presse, hier après-midi. C’est un président de la République déterminé et ferme dans ses convictions qui a répondu aux journalistes, sur tous les sujets, avec franchise et pédagogie.

Il s’agissait pour le chef de l’Etat de présenter son bilan depuis 6 mois. Réaffirmant son engagement Européen, et les efforts qu’il entreprend pour influer sur le destin de la Communauté, il a délivré un message de confiance et de volontarisme ; confiance dans les mesures déjà engagées, dont les effets permettront d’atteindre ses objectifs ; volontarisme dans l’accélération des réformes annoncées : choc de simplification, formation professionnelle et surtout les retraites, ce dossier repoussé par tous ses prédécesseurs qu’il décide de prendre à bras le corps pour décrocher une bonne fois pour toute cette épée de Damoclès suspendue sur les têtes des générations futures.

L’an II du quinquennat sera celui du mouvement, et de l’offensive. Si la première année a été consacrée à une première réorientation européenne centrée sur la recherche de croissance et la défense de notre souveraineté nationale, cette impulsion se poursuivra avec de nouvelles propositions concrètes, comme l’harmonisation fiscale de la zone euro ou la mise en place d’une nouvelle étape de l’intégration politique préfigurant un gouvernement économique européen et la définition d’un plan d’investissement européen.

François Hollande campe aussi fermement sur sa promesse d’inversion de la courbe du chômage : « Je m’y tiens. Tout doit être mis en oeuvre pour que les mesures déjà engagées puissent être amplifiées. »
C’est donc un président prenant pleinement la mesure de son mandat qui a réaffirmé avec force la justesse du cap qu’il a tracé. Il a écarté les rumeurs de remaniement d’importance tout en soutenant pleinement son gouvernement.

Bien entendu, la situation se dégrade et les Français en souffrent chaque jour un peu plus. Mais le président de la République nous fait comprendre que cela n’enlève rien à la pertinence du changement, si nécessaire à la guérison de notre société encore malade d’un trop lourd passé.
Même si la potion peut sembler amère et sans effet immédiat, il faut lui laisser le temps d’agir et ne surtout pas interrompre le traitement commencé.

« Nous saluons l’engagement profond de la France et des autorités françaises en faveur de l’Europe », a affirmé aujourd’hui la Commission européenne en commentant la promesse faite la veille par le président de la République de prendre une « initiative » pour sortir l’Europe de sa « langueur ». De la même manière je salue la détermination de notre chef de l’Etat et je partage sa confiance en l’avenir.


Poster un commentaire

Avec Eugène Caselli pour faire gagner Marseille

J’étais hier au Parc Chanot pour soutenir la candidature d’Eugène Caselli à la Mairie de Marseille. La forte affluence à ce meeting a démontré l’intérêt croissant chez les Marseillais pour cette élection qui pourrait tourner une nouvelle page dans l’histoire de notre ville.

Eugène Caselli, qui a démontré ses compétences dans l’administration de la communauté urbaine MPM, a dévoilé son programme pour une ville « rassemblée, apaisée, gouvernée et pilotée » dans le cadre d’une grande Métropole. Après avoir salué tous ses concurrents à l’investiture socialiste dans cette primaire qui s’engage, il a proposé un projet d’envergure pour rééquilibrer la ville du nord au sud, et la réunifier sur la voie de la réussite. Logement, sécurité, emplois… le président Caselli a démontré la pertinence de ses propositions comme de sa candidature, placée sous le signe du rassemblement.


Poster un commentaire

La loi d’amnistie sociale n’est peut-être pas enterrée

Bruno Le Roux a entendu les nombreux parlementaires qui se sont prononcés pour la loi d’amnistie sociale. Mon ami Marseillais Patrick Mennucci, bien sûr, mais aussi Christian Paul, R. Hammadi, M. Boutih, P. Amirshahi, etc.

Comme moi, ils ont annoncé leur intention de voter pour ce texte qui prend la défense des syndicalistes, contraints parfois de répondre à la violence de certains chefs d’entreprises (quand un « patron-voyou » veut déménager l’outil de production par exemple) par la contrainte ou l’affrontement, quand le dialogue est devenu impossible. Cette proposition de loi, soutenue au Sénat, est un geste d’apaisement qui doit permettre de retrouver ce dialogue nécessaire entre les partenaires sociaux et le patronat. Tous sont victimes de la crise, et désigner des boucs émissaires qui ne sont que le symptôme de difficultés profondes ne résoudra aucuns problèmes.

En réunion de groupe, ce matin, il a été décidé que la proposition de loi serait revue en commission. Certains actes extrémistes peuvent être condamnables, et il n’est pas question d’impunité justifiant les dérives abusives. C’est ce que nous devrions étudier, tout en gardant à l’esprit que la liberté syndicale est un des fondements de notre société.

Les députés socialistes, qui ont à l’esprit l’importance de la cohésion de la majorité, avec sa diversité, veilleront à ce que cette commission soit constructive et permette de mettre en place une mesure forte en faveur du monde syndical.


Poster un commentaire

Unissons-nous contre les violences

Cette nuit un jeune homme encore mineur originaire de la cité des Micocouliers, une cité sensible du 14e, a été assassiné dans les quartiers nord, un acte ignoble de sauvagerie, puisque la victime a été touchée de 23 impacts de balles. Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime a succombé à une décharge de pistolet mitrailleur, une arme de guerre.

Le directeur de la Sécurité publique des Bouches-du-Rhône, Pierre-Marie Bourniquel, le préfet de police de Marseille, Jean-Paul Bonnetain, et le procureur adjoint de Marseille, Christophe Barret, se sont rendus sur les lieux. « Le mode opératoire fait évidemment penser à un règlement de comptes », a indiqué M. Barret.

A Istres, il y a 2 semaines, c’est un jeune homme de 19 ans qui a tué trois personne avec un authentique fusil d’assaut russe AK47.
Le trafic d’armes de guerre est un fléau contre lequel nous devons lutter avec toujours plus d’acharnement. la police judiciaire a dénombré 3931 saisies d’armes à feu en 2011. En 2010, les 2710 saisies représentaient déjà une explosion de 79 % du trafic par rapport à l’année précédente.Les armes de guerre tirant en rafale sont estimée à 3,5 % de ce total.

Un autre homme, âgé de 34 ans, grièvement blessé au couteau cette nuit dans le quartier Noailles est décédé ce matin des suites de ses blessures.

« Nous faisons face à Marseille à une situation exceptionnelle et l’Etat y a répondu de manière exceptionnelle. L’Etat est présent et nous avons besoin de temps », a expliqué le ministre de l’Intérieur.
Manuel Valls a ajouté qu’il fallait « du temps pour en finir avec ces trafics, avec ces réseaux qui pourrissent la vie des citoyens mais qui se sont accaparés l’économie de ces cités ».

Manuel Valls a indiqué, lors d’un déplacement en Lorraine, que la lutte contre ce trafic d’armes était pour lui « une priorité » puisqu’il s’agit d’« un sujet qui nous préoccupe il y a une dizaine de milliers d’armes en circulation en France depuis des d’année depuis notamment l’implosion de l’ex-Yougoslavie, des conflits dans les Balkans, des armes de calibre qu’on obtient facilement directement ou facilement sur internet ».

« J’ai demandé à mes homologues européens de travailler très sérieusement sur ces questions-là, il n’est pas normal qu’on puisse obtenir une kalachnikov ou un chargeur aussi facilement sur internet, cela nécessite de faire vivre la loi du parlement votée à l’unanimité en 2012 et qui encadre davantage tout ce qui concerne le commerce des armes » a -t-il déclaré.

Plus que jamais, c’est la mobilisation de tous qui peut permettre de mettre fin à cette situation terrible où le trafic de drogue nourrit le trafic d’armes, et à ce titre, ne ne peux que saluer ce passage de la lettre écrite au ministre de l’Intérieur par Christophe Madrolle, vice-président Modem de MPM :

« il est indispensable qu’il y ait réinstallation des services publics, et un soutien aux commerces, associations et lieux de vie, au coeur des cités.
L’État doit aussi soutenir les centaines d’intervenants sociaux, éducateurs, animateurs présents au quotidien sur le terrain car rien ne remplacera la présence et l’écoute humaine dans les quartiers, tant dans les établissements scolaires que dans les maisons de jeunes, les centre sociaux et culturel etc. »

C’est exactement mon point de vue, et je travaille actuellement avec Garo Hovsépian, le maire du 7e secteur, a réunir ces acteurs citoyens de la cité.