Le blog de Sylvie Andrieux

Députée des Bouches-du-Rhône


Suppression du Comité d’évaluation et de suivi de l’ANRU.

La semaine dernière, le rapport de l’observatoire national des zones urbaines sensibles soulignait l’inefficacité de la politique gouvernementale dans les zones urbaines sensibles.

Aujourd’hui, alors que les élus de la rénovation urbaine rencontraient le directeur de l’ANRU sans obtenir de garanties sur l’avenir de l’engagement de l’État pour le renouveau des quartiers, le sénateur UMP Philippe Dallier, dans un amendement au projet de loi de finances 2010, a proposé la suppression des 300 000 euros de crédits annuels du Comité d’évaluation et de suivi de l’ANRU (CES-ANRU).

Le Parti socialiste est scandalisé par cette méthode qui consiste à mettre fin à l’évaluation d’une politique publique qui engage 34,2 milliards d’euros sur 9 ans. Nicolas Sarkozy qui avait fait de l’évaluation de l’action de ses ministres une priorité est aujourd’hui rattrapé par la réalité de son bilan. L’UMP agit de la façon la plus grossière : casser le thermomètre pour ne pas voir la fièvre monter.

Le Parti socialiste demande à la commission mixte paritaire de retirer cet amendement qui va à l’encontre du principe fondamental de l’évaluation des politiques publiques par un comité indépendant et de l’information des citoyens sur l’usage de la dépense publique.

Publicités


Le mal logement en France : il est urgent d’agir, enfin

Pour la quinzième année consécutive, la Fondation Abbé Pierre a présenté hier son rapport annuel sur l’état du mal logement en France.
Au-delà du chiffre des 3,5 millions de personnes sans logement décent, le rapport souligne combien le logement est devenu aujourd’hui une insécurité majeure pour les plus fragiles d’entre nous mais aussi pour les classes moyennes et constitue un facteur d’aggravation des inégalités sociales.
Le Parti socialiste a regretté à plusieurs reprises que le plan de relance et l’emprunt Sarkozy ignorent largement le logement. Il déplore que le secrétaire d’Etat Benoist Apparu ait annoncé hier la poursuite de la politique du tout libéral en matière de logement, en confirmant la baisse du budget consacré au logement social en 2010 et en annonçant la vente de 1% du parc HLM comme objectif à atteindre par les bailleurs sociaux.
Il n’est pas acceptable qu’un tiers du budget consacré par l’Etat au logement, soit 11 milliards d’euros, repose sur des dispositifs de défiscalisation qui sont contreproductifs, inéquitables et, pour l’essentiel, sans contrepartie sociale.
Parce que le logement est un droit fondamental essentiel à la dignité des personnes, parce qu’il est la condition de toute vie personnelle, sociale et professionnelle, le Parti Socialiste pense au contraire qu’une politique volontariste de l’Etat tant en matière de construction de logements sociaux que de régulation des prix du parc privé existant est indispensable.
L’Etat ne peut décemment continuer à fermer les yeux sur l’échec que constitue le mal logement pour notre société et ignorer qu’en mettant à mal le principe d’égalité il s’attaque au contrat social et républicain qui lie nos concitoyens.