Le blog de Sylvie Andrieux

Députée des Bouches-du-Rhône

Le président de la République au Mali

Poster un commentaire

Tombouctou

François Hollande est en ce moment au Mali, après une guerre-éclair qui a refoulé les extrémistes et libéré le Mali de la menace fondamentaliste.
A Tombouctou on ne coupe plus la main des voleurs et la population fait un bon accueil à nos troupes libératrices et au président Français.

Mais la menace terroriste est toujours présente, et si la France a remporté une bataille, le danger existe toujours, plus au nord dans le désert. L’action de la France a apporté l’aide et la réactivité qui manquaient aux militaires Maliens pour éviter une défaite. Le Mali est un pays structurellement fragile, en pleine crise politique. Passer le relai aux militaires Africains de la mission internationale de soutien au Mali (Misma) est plus que jamais une nécessité, maintenant.

La joie de la population libérée des obscurantistes religieux nous montre qu’un islam tolérant existe et qu’il est la première victime des extrémistes. Ces fondamentalistes ne sont que des chefs de bande preneurs d’otages, des trafiquants de drogue et des assassins. Leur revendication religieuse n’est qu’un faux nez qui masque leurs activités criminelles.
Cette situation n’est pas si éloignée de celle que nous vivons en France, où notre jeunesse se laisse parfois abuser par des terroristes sous prétexte d’une religion qu’ils ont su détourner a leur profit. L’affaire Merah en est le symbole le plus tragique.

Aider le Mali à lutter contre les « narco-terroristes » du désert Malien est une obligation pour la France, à plus d’un titre. Pour que le Mali retrouve une stabilité politique, il fallait l’aider a retrouver le contrôle de son territoire, au sud comme au nord. Pour lutter contre les trafics en tout genre, drogues, armes, qui inondent notre pays, il fallait contrôler les étendues du nord-Mali devenu une plaque tournante majeure de ces trafics. Pour lutter contre l’extrémisme terroriste, il fallait stopper nette l’agression des islamistes et éviter que le Sahel ne devienne leur sanctuaire. Enfin, cette région du monde est d’un intérêt économique certain pour notre pays, et notre intervention préserve notre influence en Afrique sub-saharienne.

La vitesse de réaction de la France a été déterminante, et François Hollande a montré qu’il savait prendre des décisions rapides et efficaces. Notre pays a affirmé sa souveraineté et sa capacité d’action au niveau international. La suite des opérations sera difficile, mais la première phase de notre intervention est un succès.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s