Le blog de Sylvie Andrieux

Députée des Bouches-du-Rhône

Question à l’Assemblée nationale : le devenir de Fralib et Netcacao

Poster un commentaire

Ma question s’adresse à Madame la Ministre de L’Economie, des Finances et de l’Industrie.

Madame la Ministre, le 28 septembre dernier la société Unilever France a annoncé son intention de fermer en avril l’usine Fralib de Gémenos dans les Bouches du Rhône, pour délocaliser son activité en Pologne.

Cette entreprise fabrique des sachets de thé et des infusions, elle emploi 182 salariés et compte plus d’une cinquantaine d’emplois indirects.

Motifs de cette fermeture selon la direction d’Unilever ; un manque de compétitivité.

Aujourd’hui ce sont les collectivités locales et les salariés qui tentent de sauver leur usine.

Pourtant, la France est le 2ème plus gros marché du thé en Europe de l’Ouest. La quantité de matière première dans les sachets de thé a baissé de 20% , alors que le prix pour le consommateur ne cesse d’augmenter.

Le salaire des ouvriers de Fralib pour une boite de thé, c’est 0,15 centimes, soit un coût ridicule, alors que la boîte est revendu 2,80 euros.

Dans le même temps, Unilevers France a reversé 1,05 milliard d’euros de dividendes à ces actionnaires entre 2007 et 2008.

Depuis l’automne dernier, la société Netcacao basée à St-Menet qui emploi 190 personnes vit une situation paradoxale, ses carnets de commande sont pleins, mais un manque de fonds propres freine l’entreprise. C’est demain 2 février que le tribunal de commerce de Marseille dira si l’entreprise est en redressement judiciaire ou si elle poursuit son activité.

Racheté à Nestlé en 2006, les repreneurs ont investi 18 millions d’euros dans l’outil de production.  Il ne manque que 6 à 8 millions pour que l’entreprise soit sauvée, mais les banques ne jouent pas le jeu et l’Etat n’a toujours pas reversé un trop perçu d’impôts.

Derrière ces chiffres il y a près de 400 personnes qui vont  perdre leur emploi, près de 400 familles qui vont se retrouver dans des situations dramatiques.

Alors que l’ancien ministre chargé de l’Industrie s’était adressé aux parlementaires pour valoriser l’action du Gouvernement contre les délocalisations et les fermetures d’entreprises et que le Président de la République ne cesse de dire qu’il faut maintenir nos entreprises sur notre territoire, qu’allez-vous faire, Madame la Ministre, pour sauver Fralib et Netcacao, et leurs 400 salariés ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s