Le blog de Sylvie Andrieux

Députée des Bouches-du-Rhône

Intervention à l’Assemblée nationale : la retraite des femmes

Poster un commentaire

J’interviendrai cette nuit lors des débats à l’Assemblée nationale sur le projet de loi de Réforme des retraites et plus particulièrement concernant la retraite des femmes :

Au sein du marché du travail, les femmes ont gagné en autonomie et en indépendance.

Malgré cet investissement, les femmes salariées vivent, tout au long de leur carrière, les inégalités professionnelles, qui se répercutent sur le niveau de leur pension de retraite. Depuis les lois Balladur, avec le système de décote et le calcul de la pension non plus sur les dix meilleures années mais sur vingt-cinq ans, les écarts se sont aggravés pour les femmes.  Le gouvernement veut maintenant  le maintien dans l’emploi jusqu’à soixante-cinq ans, pendant que des milliers de jeunes aujourd’hui sont en recherche d’emploi stable.

Depuis des dizaines d’années, notre pays est durement touché par le chômage, mais le gouvernement continue sa politique d’aide au grand patronat et aux banques. Son objectif est de casser notre système par répartition en s’inspirant de certains modèles européens pour avancer vers un système par capitalisation.

Depuis 2007, le gouvernement n’a eu de cesse que de casser la protection sociale et la solidarité nationale. Aujourd’hui ce sont les femmes qui en font les frais.  Aujourd’hui, 80 % des femmes de vingt-cinq à cinquante-quatre ans, soit 46 % de la population active, ont une activité salariée. Mais dans le même temps, le travail à temps partiel est devenu presque un passage obligatoire pour l’entrée des femmes sur le marché du travail.

Sur 4 millions d’actifs à temps partiel, 82 % sont des femmes. On les retrouve massivement dans ces nouveaux emplois, le plus souvent précaires, appelés « services à la personne ». Elles sont surreprésentées dans les emplois peu qualifiés, alors qu’elles sont de plus en plus diplômées.

L’égalité devant l’emploi et les salaires est essentielle en termes d’insertion et d’accès à l’autonomie. Les contrats à durée déterminée (CDD), les temps partiels contraints, le chômage proportionnellement plus élevé et plus long pour les femmes que pour les hommes renforcent tous les facteurs d’inégalités. Très souvent, les femmes abandonnent le monde du travail lorsqu’elles ont un enfant. Les faibles qualifications, l’emploi discontinu et précaire, le manque criant de structures d’accueil de la petite enfance vont souvent de pair avec les interruptions d’activité. Cela se traduit par près de 50 % de femmes ne pouvant pas justifier d’une carrière complète.

Mais il y a pire. En cas de carrière pleine et de nombre de trimestres cotisés requis, ce qui est le cas de seulement 39 % des femmes, le niveau moyen des pensions du régime privé reste inégal : 1 383 euros pour les hommes, 650 euros pour les femmes.

Ainsi les inégalités de la vie active se retrouvent lors de la retraite.

Reculer l’âge légal de départ à taux plein de 65 à 67 ans va donc pénaliser en priorité les femmes. Il en sera de même avec la fin du dispositif de départ anticipé pour les fonctionnaires parents de 3 enfants ayant 15 ans de services, qui permettait aux femmes de bénéficier d’une retraite à taux plein malgré des carrières souvent interrompues par les congés maternité ou parental.

Les femmes représentent plus de la moitié de la population. Elles ne sauraient accepter d’être une nouvelle fois lésées par cette réforme.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s