Le blog de Sylvie Andrieux

Députée des Bouches-du-Rhône

Intervention à la communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole sur le plan local d’urbanisme

Aprés avoir débuté la séance du conseil communautaire  du 19 février dernier par un débat sur l’unité de traitement de déchets de Fos-sur-Mer,  puis par un débat sur les finances de Marseille Provence Métropole, la séance s’est poursuivie avec l’examen des 23 autres rapports, parmi lesquels Le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de Marseille.

Je suis intervenue à cette occasion pour rappeler l’importance de la concertation des marseillaises et des marseillais sur la vision qu’ils ont du Marseille de demain.

Monsieur le Président, Chers collègues,

Sans reprendre le débat que nous avons eu au conseil municipal sur cette révision générale du Plan Local d’Urbanisme de Marseille, je souhaite insister sur la question de la concertation que nous allons mener.

La délibération qui nous est proposée, détermine des modalités de concertation que l’on pourrait qualifier de réglementaires.

Comme je l’ai dit au conseil municipal, je pense qu’il est nécessaire d’aller au-delà et de renforcer le dispositif de concertation par d’autres actions.

Car la révision du PLU de Marseille est un dossier essentiel pour la construction de l’avenir de notre cité, de ses habitants mais aussi de tous ceux qui y ont une activité.

Les mairies de secteurs, qui de part la loi sont le lieu naturel de la gestion de proximité et de la concertation locale, me semblent légitimement devoir être associée à la démarche.

Il est ainsi possible de renforcer la concertation en multipliant des réunions en mairie de secteur ou en y organisant, par exemple, des permanences visant à expliquer ce qu’est le PLU.

Est-il nécessaire d’écrire cette association avec les mairies de secteurs noir sur blanc ? Peut-être pas.

Je pense néanmoins qu’il est nécessaire de le faire.

A l’ère de l’information numérique, renforcer la concertation consiste aussi, sans doute, à réaliser un site internet dédié à la révision générale du PLU.

Ce pourrait être également la réalisation d’un questionnaire pour consulter les marseillaises et les marseillais sur la vision qu’ils ont du Marseille de demain.

Il me semble que la qualité de la concertation est un enjeu aussi essentiel que la révision générale elle-même.

Au centre de Marseille, la révision générale consistera à répondre à la question du comment reconstruire la ville sur la ville et comment mieux valoriser les espaces publics encore disponibles.

L’opération Euroméditérranée est la parfaite traduction de cette interrogation et des réponses qui peuvent être apportées.

A la périphérie, particulièrement dans les arrondissements dont je suis l’élue, l’enjeu de la révision générale est clairement la destination des dernières opportunités foncières.

Construire plus, pour accueillir plus d’habitants, plus d’entreprises, plus d’activité économique, c’est un impératif.

Mais en aucun cas, nous ne devrons oublier que nous devons d’abord construire la ville pour ses habitants.

En respectant l’histoire de la ville ;

Peut-être en réinventant les villages qui composent Marseille ;

De nombreuses questions seront soulevées :

Faut-il construire des immeubles de grandes hauteurs ?

Pour ma part je n’y suis pas favorable, mais le débat mérite d’être mené.

Faut-il prévoir des réserves foncières pour de nouveaux équipements publics. En clair, faut-il plus de crèches, de stades, ou de maisons de retraites ? Faut-il des conservatoires municipaux d’arrondissement pour dispenser des enseignements artistiques ?

Pour moi la réponse est oui, oui, oui et encore oui.

Mais, je comprends que tout le monde ne soit pas de cet avis.

Dernièrement, j’ai redécouvert les jardins d’intérêt collectif. Le modèle le plus connu d’entre eux est celui des jardins familiaux.

A l’heure d’une crise structurelle et donc durable de notre modèle de société, je suis convaincue qu’il faut proposer aux habitants de pouvoir cultiver quelques mètres carrés de terrain.

On le voit à travers les quelques éléments que je viens d’évoquer, la révision générale est l’occasion d’une réflexion sur le vivre ensemble, demain à Marseille.

Qui d’autres que les marseillaises et les marseillais sont les mieux placés pour apprécier la pertinence de nos projets ?

Monsieur le Président, engager la concertation telle que la délibération le prévoit, est nécessaire pour répondre aux impératifs juridiques.

Renforcer la concertation répond à un autre impératif : celui de faire adhérer la population à nos projets d’aménagement et à la vision que nous avons du Marseille de demain.

A mes yeux, c’est tout aussi important.

Monsieur le Président, le groupe faire gagner Marseille Provence Métropole votera ce projet de délibération

Publicités

Les commentaires sont fermés.