Le blog de Sylvie Andrieux

Députée des Bouches-du-Rhône

Planning familial: Mais que fait le gouvernement?

manifestion du planning familial du 27 janvier 2009

manifestion du planning familial du 27 janvier 2009

Depuis la fin du mois de décembre 2008, le planning familial des Bouches-du-Rhône a fermé ses portes au public pour des raisons d’insalubrité des locaux.  En l’absence de solutions de relogement proposées par les pouvoirs publics, le personnel du planning familial a décidé de manifester sa colère en tenant ses permanences sur le trottoir. Dés le début, je les ai soutenu dans leurs actions.

Ce mardi 27 janvier, le planning familial est à nouveau descendu dans la rue pour une raison encore plus inquiétante: la disparition du financement des permanences d’accueil au public. Une fois de plus l’Etat se désengage! La loi de finances pour 2009 prévoit en effet une diminution de 42% du montant des actions déconcentrées sur le conseil conjugal et familial!

C’est pourquoi j’ai décidé d’interpeler Madame Nadine MORANO Secrétaire d’Etat chargée de la Famille afin de savoir ce que le Gouvernement envisage de faire pour sauver le planning familial, et maintenir sur le territoire cette structure associative indispensable!

Voici ma question écrite:

Sylvie Andrieux, députée des Bouches du Rhône vient d’attirer l’attention de Madame la ministre de la Famille, Nadine Morano sur la situation particulièrement inquiétante des plannings familiaux.

 

Pour exercer leurs missions, les Plannings Familiaux sont conventionné par l’Etat.

Chaque association départementale reçoit  un financement pour ces permanences, sur une ligne budgétaire « Famille » de la Direction Générale des Affaires Sociales.

 

Ce financement était d’ores et déjà problématique, car son montant est très insuffisant et il n’a pas été réévalué depuis, 1967 date de la loi Neuwirth autorisant la contraception. Il s’élève donc aujourd’hui à 8 euros de  l’heure alors qu’a titre d’exemple le coût salarial d’une conseillère dans les Bouches du Rhône et de 20 euros TTC.

 

De plus ce financement n’est attribué que sur service fait, ce qui conduit bon nombre de plannings familiaux a devoir assumer des avances de trésorerie considérable pour n’être payer qu’en début d’année.

 

Aujourd’hui le maintien de ces financements est menacé par une baisse des crédits alloués par l’Etat voir pour certains plannings familiaux d’une suppression totale.

 

Cette situation est particulièrement préoccupante localement et nationalement car une suppression de ces financements aurait un retentissement direct sur le public chaque année plus nombreux qui fréquente ces permanences, et menacerait la survie de nombreuses associations départementales du Planning Familial.

 

Sylvie Andrieux a demandé à Madame la Ministre ce qu’elle envisageait de faire pour sauver les plannings familiaux et maintenir sur le territoire ce service public indispensable !!!

 

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.