Le blog de Sylvie Andrieux

Députée des Bouches-du-Rhône

L’offre de soins sur l’agglomération marseillaise en danger!

A l’occasion du Conseil d’Administration de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille (APHM) du vendredi 16 janvier 2009, j’ai tenu à manifester mon opposition aux modifications du projet d’établissement 2004-2009. Un tiers des investissements prévus ont été abandonnés.

Voici l’intégralité de mon discours:

 » Monsieur le Président,

 

Je ne peux pas être en accord avec cette délibération :

 

Non seulement, elle me paraît pour le moins prématurée, mais en plus, elle est fondée pour partie sur des principes que je conteste.

 

Prématurée, Monsieur le Président, je pense que vous pouvez en convenir avec moi.

 

Dire que les modifications au Projet d’Etablissement 2004-2009 s’expliquent par la réforme que constitue la loi « Hôpital, Patients, Santé et Territoires », c’est dire que le projet gouvernemental sera adopté en l’état.

 

Ce sera peut-être le cas, mais je pense que c’est préjuger des travaux parlementaires. Ce projet de loi doit être discuté, de mon point de vue amendé par exemple sur la participation du secteur privé au service public.

 

L’examen du texte à l’Assemblée Nationale est prévu, je le rappelle, le 27 janvier prochain.

 

Ensuite, je conteste la méthode qui consiste à nous faire voter un principe sans véritablement disposer des éléments détaillés qui nous permettraient d’en apprécier la véritable portée.

 

Dire qu’il faut adapter le Projet d’Etablissement dans tel ou tel sens sans avoir les implications des décisions en terme de fonctionnement et surtout budgétaire, c’est signer un chèque en blanc, chose que je ne fais jamais.

 

Je comprends la nécessité de faire évoluer l’offre de soins sur Marseille, la croissance démographique ici et plus largement dans les Bouches-du-Rhône le justifie.

 

Je souhaite néanmoins disposer de l’ensemble des éléments qui permettent de tracer une perspective et d’apprécier la portée de notre vote aujourd’hui.

 

Si l’AP-HM doit faire des efforts de gestion, L’Etat doit aussi montrer son engagement, notamment budgétaire, auprès de l’AP-HM, de ses agents et des patients.

 

 

Dans le prolongement de cette question financière, je conteste également un autre fondement de cette délibération.

 

Il s’agit de la réduction d’1/3 du volume des investissements de l’AP-HM.

 

Je ne me souviens pas d’ailleurs que le conseil d’administration ait validé une telle décision.

 

Quoiqu’il en soit, cette logique de réduction de la voilure en matière d’investissement va de pair avec la maîtrise des dépenses de fonctionnement.

 

Renoncer à des investissements, c’est pour partie s’engager dans la maîtrise des dépenses de fonctionnement par la réduction de l’offre de soin.

 

Je ne peux pas être en accord avec une telle évolution.

 

 

A titre d’exemple, comment comprendre l’expression « repenser le projet Mère/Enfants dans le cadre de la capacité d’investissement de l’AP-HM » si ce n’est par « nous n’avons plus la capacité financière d’assumer ce projet tel que nous l’avions décidé ».

 

 

Compte tenu de tous ces éléments je vote contre cette délibération. »

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.