Le blog de Sylvie Andrieux

Députée des Bouches-du-Rhône


Poster un commentaire

Avec Eugène Caselli, au cœur du 13e arrondissement

Samedi 24 novembre, nous avons accompagné Eugène Caselli qui a organisé une grande visite dans le 13e arrondissement pour aller à la rencontre de la population, toujours fidèle à sa méthode faite de proximité et d’échange avec les citoyens. Les élus présents avec moi (Garo Hovsépian, Michel Pezet, Félix Weygand, François-Noël Bernardi…) ont pu faire ainsi un point sur les différents travaux de voirie en cours.

L’ombre inquiétante de l’insécurité obscurcissait encore la place Pélabon, point de départ de notre visite, puisqu’un assassinat y avait endeuillé Saint-Jérôme la veille…

Avec le maire du secteur, nous avons néanmoins rencontré les membres de la communauté Arménienne, une communauté que je connais bien puisque je suis vice-présidente du Groupe d’amitié France-Arménie à l’Assemblée Nationale (à ce titre, je rencontrais mercredi à Paris une délégation de l’Assemblée Nationale d’Arménie).

Les travaux de rénovation de la place Pélabon sont très importants pour redonner une vitalité nouvelle au cœur villageois de Saint Jérôme, qui est un des lieux de mémoire de la ville, symbole d’une convivialité marseillaise que nous devons préserver et entretenir. La nouvelle fontaine, entièrement rénovée, fera jaillir une eau recyclée, symbolique de cette renaissance.

Notre visite s’est ensuite poursuivie vers le lycée Diderot, et l’insécurité nous y a rejoint, avec le souvenir de cette intrusion d’hommes armés il y a quelques semaines. Outre cet incident exceptionnel et inédit, au quotidien la sécurité des élèves passe surtout par des aménagements de voirie et des mesures de prévention aux dangers de la route : circuit "pedibus", comme à Château Gombert, limitation de la vitesse automobile, installation de nouveaux feux rouges, réfections des trottoirs et des circuits de circulation piétonne… Tous ces travaux sont en cours de réalisation.

Nos pas nous ont mené enfin devant l’hôpital Lavéran pour un entretien avec le général Vallet, son directeur. Comme la presse en a fait l’écho, je n’étais alors pas complètement sûre que le maintien des services de l’hôpital Lavéran serait pleinement maintenus.  Mais depuis j’ai pu interpeller les ministres sur ce sujet, pendant les questions au gouvernement à l’Assemblée Nationale.

Marie-Arlette Carlotti m’a confirmé au nom du ministre de la défense le maintien de l’hôpital Laveran et m’a assuré que nous y ferions ensemble une visite en début d’année.

Cet hôpital étant une nécessité pour les habitants du secteur, Garo Hovsépian et moi-même, faisons notre possible pour que la ligne BHNS (Bus à haut niveau de sécurité) ait un arrêt à proximité de ce centre de santé, d’origine militaire, mais qui soigne en réalité 90 % de patients civils.


Poster un commentaire

Le ministre des transports prend le dossier Marseillais à bras le corps

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En visite à Marseille vendredi, Frédéric Cuvillier, ministre délégué en charge des Transports, de la Mer et de la Pêche, m’a retrouvé, avec le maire du secteur Garo Hovsépian et son premier adjoint S. Mari, ainsi que les élus Marseillais (E. Caselli, S. Ghali, H. Jibrayel, P. Mennucci), sur l’échangeur de Frais Vallon afin d’y évoquer la rocade L2.
"Nous sommes sur les lieux d’un scandale d’Etat", a lancé le ministre sur le chantier de la L2, soulignant que "ce ne sont pas des obstacles techniques ou juridiques mais l’absence de volonté politique" qui ont bloqué le chantier pendant tant d’années. Il a dénoncé "des dizaines d’années de tergiversation".

En effet, ce projet vieux d’une vingtaine d’années (et encore, il en était même question avant la deuxième guerre mondiale) qui doit permettre de contourner le centre-ville et constituer ainsi l’équivalent d’un demi-périphérique pour la cité Phocéenne est plus une Arlésienne qu’une Marseillaise. Néanmoins, il nous faudra certainement attendre encore 5 ans pour que ce chantier ambitieux (plus de 730 millions d’euros), aboutisse, au moins pour sa partie Est (entre Frais Vallon et Florian).
Madame Monique Cordier, présidente de la confédération générale des comités de quartiers de Marseille, ne nous a pas caché son inquiétude concernant la L2 Nord (entre Le Merlan et La Rose), qui n’a même pas été encore commencée, alors que la L2 Est sera bientôt achevée.

Pour ma part, je fais confiance à Frédéric Cuvillier, qui a compris le caractère impérieux de ces travaux dans le développement de la deuxième ville de France, pour ne pas enterrer le projet, comme ses prédécesseurs. Le ministre n’a pas caché que cette visite n’était que la première sur ce chantier qui attire toute son attention, mais qu’il serait aussi le dernier ministre à se pencher sur le berceau de cette aventure. Début 2013, le partenariat privé-public sera signé, et le vainqueur de l’appel d’offres (pour la L2 Nord et Est) sera connu avant l’été.

Cette fois-ci, le souffle du changement semble vraiment souffler au nord de Marseille !

"Aujourd’hui, 160.000 voitures entrent et sortent de Marseille chaque jour", a rappelé le président de la communauté urbaine, Eugène Caselli. Il s’est engagé à mettre en place des parkings relais afin de faciliter l’interconnexion entre la rocade et le tramway.

D’ailleurs, la question des transports publics était aussi au programme de la visite ministérielle, avec la question du pôle multimodal autour de la future station de métro Capitaine Gèze qui prolongera la ligne 2.
C’est un dispositif essentiel pour le désenclavement des quartiers nord. Le nouveau réseau de bus à haut niveau de service (BHNS), avec des véhicules climatisés et sécurisés (sous contrôle vidéo), rapides, dont la fréquence est élevée, permettra de relier le campus universitaire de Saint Jérôme à la technopôle de Château-Gombert, en passant par les stations de métro de La Rose et de Frais Vallon. Un projet de 45 millions d’euros qui changera la vie de nos arrondissements du nord de la ville.

Une autre question essentielle, et qui n’a pas échappé à Frédéric Cuvillier, est celle de la sécurité. Pour la deuxième fois en un mois, le centre de supervision des réseaux de La Rose reçoit un ministre, après la visite de Manuel Valls en octobre.
Ce centre névralgique de la RTM de près de 3000 m2 assure une mission de sûreté et de sécurisation pour l’ensemble du réseau, le métro et ses stations, les parkings, les bus et les tramways, grâce à une surveillance vidéo de 700 caméras et une gestion en temps réel des personnels de surveillance, de leur intervention et de la coordination avec les services extérieurs, Police, pompiers, etc.
Le ministre a ainsi admiré les systèmes informatiques de dernière génération, ainsi que l’écran de 7 mètres de long permettant de surveiller d’un coup d’œil la totalité des lignes RTM, dans le cœur informatique du bâtiment, en activité 24 heures sur 24.

Les élus Marseillais mettent beaucoup d’espoir dans cette visite du ministre des Transports, et je tiens à ce qu’il sache qu’il sera toujours le bienvenu dans ma circonscription, pour qu’il aide nos quartiers à changer de visage en s’ouvrant encore plus vers la prospérité.


Poster un commentaire

Aménagement de la ZAC du Pôle Technologique de Château Gombert (13e)

Intervention de Garo HOVSÉPIAN au Conseil Municipal du 27 septembre 2010

Rapport n° 194 – Développement Durable

N° 10-20258-DADU – 10-96 7S :

«DÉLÉGATION GÉNÉRALE VILLE DURABLE ET EXPANSION – DIRECTION DE L’AMÉNAGEMENT DURABLE ET DE L’URBANISME – SERVICE DE L’ACTION FONCIÈRE – 13ème arrondissement – Château Gombert – ZAC du Pôle Technologique de Marseille Château Gombert – Angle rue Nicolas Copernic et rue Jean-François Champollion – Cession d’une parcelle de terrain à titre gratuit à la Société Marseille Aménagement».

Monsieur le Maire, Mes Chers Collègues,

Ce rapport a pour objet l’approbation du protocole foncier par lequel la Ville cède à titre gratuit, à la Société Marseille Aménagement un terrain, sis à l’angle rue Nicolas Copernic et rue Jean-François Champollion dans le 13ème arrondissement, dans la ZAC du pôle technologique de Château Gombert d’une superficie de 10 639 mètres carré.

Ce terrain, initialement voué aux besoins des habitants de ces nouveaux quartiers, est cédé gratuitement à Marseille Aménagement qui, dans le cadre d’une opération immobilière privée, le vend pour 3 080 000 euros.

La participation de la Ville, normalement justifiée au titre des ZAC pour les réalisations des enquêtes publiques, est ici utilisée à d’autres fins. Ce foncier était initialement destiné à la construction d’une école et d’un parking, mais ils sont aujourd’hui abandonnés pour réaliser 123 logements.

D’autre part, le programme, proposé par Eiffage Immobilier est hors proportion, trop dense, ne prévoit aucune mixité sociale, ne présente une architecture médiocre et a un impact néfaste sur l’environnement.

Les habitants de cette zone attendaient des équipements publics, c’est ce qu’ont fait miroiter les promoteurs! Ces habitants ont donc été victimes, je cite : « d’une vaste escroquerie et d’une énorme publicité mensongère » – phrase qui est dans la lettre que le «Collectif Poumon Vert» vous a adressé, Monsieur le Maire, le 13 septembre dernier, demandant le rejet du permis de construire.

La Mairie de secteur a porté un avis défavorable au permis de construire qui vient de lui être soumis, aux motifs que j’ai évoqués.Monsieur le Maire, le «Collectif Poumon Vert» et la Mairie de secteur espèrent que le bon sens prévaudra dans ce dossier !


Suppression du Comité d’évaluation et de suivi de l’ANRU.

La semaine dernière, le rapport de l’observatoire national des zones urbaines sensibles soulignait l’inefficacité de la politique gouvernementale dans les zones urbaines sensibles.

Aujourd’hui, alors que les élus de la rénovation urbaine rencontraient le directeur de l’ANRU sans obtenir de garanties sur l’avenir de l’engagement de l’État pour le renouveau des quartiers, le sénateur UMP Philippe Dallier, dans un amendement au projet de loi de finances 2010, a proposé la suppression des 300 000 euros de crédits annuels du Comité d’évaluation et de suivi de l’ANRU (CES-ANRU).

Le Parti socialiste est scandalisé par cette méthode qui consiste à mettre fin à l’évaluation d’une politique publique qui engage 34,2 milliards d’euros sur 9 ans. Nicolas Sarkozy qui avait fait de l’évaluation de l’action de ses ministres une priorité est aujourd’hui rattrapé par la réalité de son bilan. L’UMP agit de la façon la plus grossière : casser le thermomètre pour ne pas voir la fièvre monter.

Le Parti socialiste demande à la commission mixte paritaire de retirer cet amendement qui va à l’encontre du principe fondamental de l’évaluation des politiques publiques par un comité indépendant et de l’information des citoyens sur l’usage de la dépense publique.


Rénovation de la place des héros : les travaux vont bientôt commencer !

place des héros château gombertMercredi 16 septembre 2009 s’est tenue une réunion publique organisée par la Mairie des 13ème et 14ème arrondissements de Marseille et la communauté urbaine de Marseille (MPM) sur la requalification de la place des héros, à Château-Gombert.

Pour satisfaire au mieux les attentes des habitants de ce noyau villageois, nous n’avons pas hésité à les consulter. La proposition d’aménagement de ce site présentée lors de cette réunion est le fruit de ces concertations : par exemple, pour les commerçants, il était indispensable que les automobilistes puissent se garer au coeur du village pour y maintenir une vie économique. C’est chose faite puisque le nombre de places de stationnement sera conservé à l’identique.
Le projet, d’un montant de 2 millions d’euros, sera pris en charge par la Région PACA  et  par la communauté urbaine de Marseille.
Les travaux doivent commencer d’ici 2010.

reunion publique sur la place des héros


Intervention à la communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole sur le plan local d’urbanisme

Aprés avoir débuté la séance du conseil communautaire  du 19 février dernier par un débat sur l’unité de traitement de déchets de Fos-sur-Mer,  puis par un débat sur les finances de Marseille Provence Métropole, la séance s’est poursuivie avec l’examen des 23 autres rapports, parmi lesquels Le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de Marseille. Lire la suite

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.